La Bibliothèque royale au Mont des Arts a le vent en poupe

Aujourd'hui, ce bâtiment d'apparence un peu austère n'a plus grand chose de poussiéreux. L'accueil est lumineux, le jardin intérieur accessible au public, la cafeteria moderne... Si l'ancienne configuration pouvait impressionner et rebuter, la nouvelle attire, visiblement.

"Ces dernières années, nous avons constaté l’arrivée d’un nouveau public, à savoir beaucoup plus de jeunes, déclare Frédéric Lemers (responsable de la numérisation à la Bibliothèque royale). Il y a une réelle revitalisation de la Bibliothèque. Il y a beaucoup de vie. Et il est probable que l’offre numérique participe fortement à cette tendance."

Prenons le cas des journaux. Plus de trois millions de pages de quotidiens entre 1831 et 1950 ont été scannées. Si plusieurs ouvrages sont disponibles sur Internet, c'est dans les locaux de la bibliothèque que ces journaux numérisés se consultent. "Chacun peut retrouver l’histoire de sa famille, peut s’intéresser à une période de l’histoire et choisir un angle particulier lié à celle-ci. Cela peut donc intéresser tout un chacun."

Tout un chacun qui vient grossir les rangs des lecteurs de cette institution... Entre un étudiant en blocus : "C’est parce qu’on a des examens de passage… On arrive à mieux étudier ici en groupe que seul, chez nous." Mais aussi des enfants qui visitent le musée interactif… Tous participent à faire la tendance actuelle : celle de la désertion des bibliothèques.

Florence Hainaut

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK