L'université de Namur victime d'usurpation d'identité

RTBF
RTBF - © RTBF

On a utilisé les noms de chercheurs des facs namuroises pour publier des propos d'extrême-droite sur internet. Une plainte a été déposée mais l'enquête prend du temps.

Les facultés universitaires de Namur ont été victimes dusurpation d'identité de certains de leurs employés, sur internet.

Des malfrats, prétendant être des collaborateurs scientifiques de l'université, ont relayé des propos d'extrême-droite, via des blogs sur le net. Plainte a été déposée par les facs pour usurpation de titres et de fonctions.

Publier des textes nauséabonds sur internet en les attribuant à un professeur d'université, c'est évidemment punissable à double titre. D'une part, il s'agit d'une usurpation d'identité, ce qui est pénalement répréhensible, l'article 231 du code pénal prévoyant des peines de 8 jours à 3 mois de prison, assortis d'une amende. C'est aussi dautre part, une usurpation de titres, également sanctionnée par une amende.

Mais au-delà des sanctions pénales encourues, les auteurs de pareilles infractions peuvent aussi être poursuivi au civil, ce qui financièrement pourrait coûter beaucoup plus cher en fonction du préjudice moral ou matériel. Malheureusement, les contenus litigieux doivent être identifiés et dénoncés aux autorités judiciaires et aux hébergeurs de sites, ce qui ne va pas de soi et prend du temps.

La plainte des facultés de Namur a été déposée en septembre et fait toujours l'objet d'investigations.

(M.P. avec Patrick Michalle)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK