L'UNamur présente une nouvelle technique pour diagnostiquer le Covid-19 : "Nous pourrions réaliser 500 tests par jour, rien qu'ici à Namur"

UNamur zone d'inactivation du virus
3 images
UNamur zone d'inactivation du virus - © RTBF - Pym

L’Université de Namur (UNamur) a mis au point une nouvelle méthode de diagnostic du Covid-19, ont indiqué mardi ses représentants. Le protocole, développé avec la KULeuven (KUL), permet de s’affranchir des réactifs en pénurie et est en cours d’homologation par l’Agence fédérale des Médicaments et de Produits de santé (AFMPS). De l’aveu même du professeur Benoît Muylkens, "ce protocole est très simple, il n’a rien de révolutionnaire" avant d’ajouter "il est basé sur de la main-d’œuvre humaine plutôt que sur des machines complexes". Cette méthode demande donc des moyens humains mais permet de se passer des réactifs en pénurie.

"Cela fait une quinzaine de jours que nos chercheurs travaillent d’arrache-pied pour identifier une nouvelle méthode de diagnostic", a expliqué François Nélis, directeur du service communication de l’UNamur. "La technique développée est basée sur des tests chimiques et fait appel à une plus grande main-d’œuvre. Si l’homologation est accordée, nous devrions pouvoir réaliser près de 500 tests par jour rien qu’ici à Namur, en support des laboratoires de référence. Bien entendu, la méthode pourrait aussi être élargie à l’échelle mondiale."

Pourquoi le professeur Benoît Muylkens et son équipe ont planché sur un nouveau test de dépistage du COVID-19 ? Il a analysé les données sur le début et la progression de l’épidémie de COVID-19 en Corée du sud et en Italie. "Le début de l’épidémie était similaire. Mais en Corée, après 10 jours, on assiste à une résolution de l’épidémie alors qu’en Italie se produit une flambée. En Corée du sud, le nombre de tests effectués est très élevé, beaucoup plus élevé qu’en Italie". En partant de ce constat, et avec l’annonce de pénuries de réactifs pour le test de référence COVID-19 il s’est lancé dans la recherche d’un nouveau test.

Journal télévisé du 17/03/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK