L'UGent suspend l'association des étudiants catholiques flamands (KVHV) pour deux mois

L'UGent suspend le KVHV pour deux mois
L'UGent suspend le KVHV pour deux mois - © Belga

Le conseil d'administration de l'Université de Gand a acté la suspension de l'association des étudiants catholiques flamands (KVHV) pour deux mois après les propos misogynes et sexistes tenus par le chirurgien plasticien flamand Jeff Hoeyberghs lors d'une conférence, a confirmé vendredi l'UGent.

Le conseil d'administration a également tenu a condamner fermement les propos du praticien.A l'invitation du KVHV, le chirurgien plastique Jeff Hoeyberghs a donné une conférence le 4 décembre dernier au cours de laquelle il a tenu des propos sexistes. L'homme avait ainsi déclaré que "les femmes veulent les privilèges de la protection masculine et de l'argent, mais elles ne veulent plus ouvrir les jambes" ou "qu'on ne peut pas traiter une femme sur un pied d'égalité sans devenir son esclave". L'université de Gand s'était déjà clairement distanciée des propos de l'intéressé. Le recteur Rik Van de Walle avait ainsi demandé aux affaires étudiantes de l'université d'étudier une proposition de suspension temporaire du KVHV. La proposition a ensuite été soumise au conseil social, qui avait recommandé mercredi de suspendre l'association pour quatre mois. La coupole réunissant les associations estudiantines a décidé, quant à elle, de suspendre jeudi soir le KVHV pour une période de deux mois.

Le KVHV risque, en outre, une suspension supplémentaire de trois mois, s'il ne prend pas ses distances avec les propos de l'intéressé et ne retire pas les enregistrements vidéo de la conférence. "L'ensemble du conseil d'administration de l'Université de Gand condamne fermement les propos tenus par le sieur Hoeyberghs lors de sa conférence du 4 décembre 2019. Le conseil d'administration s'est prononcé à l'unanimité. Il a exprimé tant de propos sexistes et racistes qui ne peuvent être qualifiés autrement que de scandaleux et répugnants. Il va de soi qu'ils sont en contradiction flagrante avec les valeurs de l'Université de Gand", conclut-elle dans son communiqué.