L’UCLouvain s’attaque à l’obsolescence programmée et crée un Repair Studio

Trop d’appareils électroménagers sont jetés à la poubelle faute de pouvoir être réparés. Face à ce constat, l’UCLouvain lance un Repair Studio en partenariat avec la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. L’objectif est de pouvoir proposer gratuitement des réparations. Celles-ci sont réalisées par des travailleurs issus de la coopérative de réinsertion sociale Cyréo.


A lire aussi : Affaire des Iphones ralentis : Test Achats s’attaque à Apple pour obsolescence programmée


Des chercheurs et des étudiants sont également impliqués. " Nous pouvons par exemple réaliser dans les ateliers de l’université des pièces sur des imprimantes 3D ", explique Mathieu Leroy le coordinateur du Repair Studio. " Nous avons ainsi fabriqué une pièce en plastique pour un mixeur qui nous avait été confié. Dans un premier temps, nous sommes accessibles le mercredi après midi de 12 heures à 18 heures à l’OpenHub de Louvain-la-Neuve mais l’idée est dans un second temps de réparer les gros électros en se déplaçant à domicile. Enfin nous voulons lancer après l’été une plateforme internet d’aide à la réparation."


A lire aussi : Obsolescence programmée : que dit la loi ? Rien ! Pour le moment…


Jean-Pierre Raskin professeur à l’école polytechnique de Louvain travaille par ailleurs avec ses étudiants sur des alternatives qui pourront à terme être utilisées pour réparer un objet confié au Repair Studio : " Vous avez des machines à laver qui ont 25 programmes alors qu’on en utilise trois ou quatre au quotidien. Nous mettons au point des microprocesseurs qui remplaceraient cette électronique complexe quand elle tombe en panne. Cette solution simplifiée redonnerait une seconde vie à l’électro. "

Le Repair Studio s’inscrit dans le cadre du projet Interreg Sharepair qui vise à développer une économie circulaire de la réparation. Les informations sont accessibles sur le site https///www.repairstudio.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK