Le MR dénonce des négociations précipitées pour former un gouvernement à Bruxelles

Les libéraux bruxellois redoutent une nouvelle cure d'opposition à Bruxelles
Les libéraux bruxellois redoutent une nouvelle cure d'opposition à Bruxelles - © Belgaimage

Après l’annonce ce matin, du lancement de négociations entre PS, Ecolo et Défi en vue de constituer une majorité à Bruxelles, le MR a fait part de sa déception. Les libéraux francophones parlent de "précipitation" et prédisent de futurs conflits entre les différents niveaux de pouvoir, si des majorités asymétriques devaient se mettre en place. "Le PS ouvre la porte à des conflits alors qu’il importe de coopérer pour relever les défis socio-économiques et climatiques, notamment en termes de mobilité", estiment d’une même voix, Charles Michel (président du MR), Didier Reynders (président de la régionale bruxelloise) et Françoise Schepmans, cheffe de groupe au parlement régional.

"Bruxelles mérite des collaborations renforcées avec les autres niveaux de pouvoir, avec un objectif de cohérence. Cette précipitation ajoute donc des difficultés aux difficultés", estiment-ils en lançant un appel au sens des responsabilités.

Extrait de notre Jt de la mi-journée :

Ce matin, l’Open Vld insistait aussi pour inclure le MR dans les négociations

Guy Vanhengel, chef de file Open Vld à la Région bruxelloise, avait de son côté, aussi demandé ce vendredi matin, de temporiser avant d’ouvrir les négociations avec Ecolo et DéFI, et d’inclure le MR. "L’Open Vld est inquiet de la précipitation dans les Régions qui complique la formation dans les autres entités. Nous répétons notre plaidoyer pour impliquer du côté libéral le MR dans la formation", a commenté M. Vanhengel, au moment de l’annonce par Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort de leur souhait d’ouvrir des négociations avec Ecolo et DéFI à Bruxelles.

Interrogée à ce propos, Laurette Onkelinx a répondu avoir de la compréhension et du respect pour cette demande, mais elle a décliné cette invitation, soulignant que "c’est toujours à l’égard de la seule entité bruxelloise que l’on adresse ce type de demande". "Bruxelles est une Région à part entière. Nous voulons être respectés en tant que tel", a-t-elle commenté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK