L'Ommegang fait son entrée au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO

L’Ommegang a été reconnu patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO ce mardi soir. Une belle consécration pour cette procession folklorique célébrée depuis plus d’un siècle, qui rassemble chaque année des milliers de spectateurs sur la Grand-Place de Bruxelles.


►►► A lire aussi : Revivez l’Ommegang 2019


"Nous sommes fiers de cette reconnaissance et nous porterons au plus haut les valeurs de l’Unesco et notre histoire. Cela positionne Bruxelles, sa région et le pays comme référence culturelle internationale. On s’inscrit, comme le demande l’Unesco, à ce que ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, soit recréé en permanence par les communautés et groupes, en fonction de leur milieu et de leur interaction avec leur histoire. Cela leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi, à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Vu que les figurants de l’Ommegang viennent aussi bien du Nord, de Bruxelles et du Sud du pays, notre devise nationale "L’Union fait la Force" prend ici tout son sens", confie Paul Le Grand, Président de l’Ommegang Brussels Events, dans un communiqué. 

Costumes d’époque, cortège, échassiers,… 

Organisé dans le centre de Bruxelles, l’Ommegang est l’une des plus anciennes reconstitutions historiques de Bruxelles, qui retrace la venue de Charles Quint et de son fils Philippe à Bruxelles en 1549.

Chaque année, au début de l’été, cet événement met en scène une quarantaine de groupes folkloriques et plus de 1400 figurants. Costumes d’époque, cortège, échassiers et lanceurs de drapeaux au programme. Un retour à l’époque de la Renaissance.

Cet événement rassemble des Bruxellois mais aussi de plus en plus de spectateurs étrangers. Une tendance qui devrait s’accroître avec la reconnaissance de l’UNESCO. Une belle consécration pour le folklore bruxellois et son rayonnement à l’étranger.

Les origines

Le mot "Ommegang" vient du flamand et signifie "procession autour". Le terme fit son apparition au Moyen Âge, où la dévotion à la Vierge dépassait n’importe quelle autre. À ce moment-là, la peste noire battait son plein. Une femme dévote, Béatrice Soetkens eu une vision de la Vierge Marie. Elle devait ramener la statue en bois "Notre-Dame sur la Branche" d’Anvers à Bruxelles. Elle l’amena à la chapelle du Sablon qui fut transformée en un lieu de culte à la Vierge Marie.

L’Ommegang naquit juste après cet événement. Au début, c’était une procession organisée par le grand serment des arbalétriers en l’honneur de Notre-Dame du Sablon. Peu à peu, les différents corps de la Ville s’y sont joints pour former un cortège mondain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK