L'interpellation citoyenne: un outil peu utilisé lors des conseils communaux

Beaucoup l'ignorent... mais les citoyens peuvent interpeller directement leurs élus au conseil communal. Ce lundi soir d’ailleurs, lors du conseil de la Ville de Bruxelles, des citoyens ont fait usage de ce droit à trois reprises. Mais en 2018, les citoyens ont seulement interpellé quatre fois. Le collectif Plan B veut multiplier ces interpellations.

Quentin Parete était candidat pour les communales en octobre dernier. Non élu mais passionné par la politique, il veut, avec son collectif Plan B, placer le citoyen au centre du processus démocratique. "L’objectif de ces interpellations, c’est de montrer au citoyen que c’est tout à fait possible de le faire. La procédure est relativement simple. Ici on veut en faire la démonstration", explique le Bruxellois.

La procédure est organisée et réglementée

Au total, cinq minutes pour interpeller et argumenter une question. Ce lundi soir, l’une des trois questions concernait les coûts engendrés par les négociations du nouveau stade national, mort dans l’œuf. "J’espère que l’on n'aura pas une réponse partielle en évoquant une procédure en cours", lance Quentin Parete devant l’auditoire.

Puis c’est au tour de la majorité de répondre : "Ici c'est une question très précise qui demandait des chiffres, donc on les donne. C’est ça aussi la transparence de l’administration", explique Philippe Close à la sortie du conseil. Les coûts exposés s’élèvent approximativement à deux millions d’euros. Ils concernent les frais d’avocat, les frais de l’étude, la promotion,… "Ces interpellations sont plutôt bien cadrées. On sait exactement comment ça fonctionne. Ça ne perturbe pas non plus l’exercice de démocratie représentative, donc pourquoi pas", complète le bourgmestre.  

"Je ne dirais pas que je suis satisfait. Je suis à moitié satisfait. Je me doutais qu’il allait prétexter une excuse juridique pour ne pas dévoiler la totalité des chiffres. Je reste un peu sur ma faim", témoigne Quentin Parete un peu déçu après avoir posé sa question.

Un règlement différent pour chaque commune

Pour les interpellations communales, chaque commune a un règlement différent. Pour la ville de Bruxelles, c’est maximum trois interpellations citoyennes par conseil communal. Elles doivent être signées par 20 citoyens domiciliés dans la commune.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK