L'import-export de voitures d'occasion au quartier Heyvaert ? La Région veut qu'il "dégage"

Le secteur de l'import-export de voitures d'occasion serait en déclin: en trois ans, le nombre de véhicules exportés serait passé de 340.000 à 150.000.
Le secteur de l'import-export de voitures d'occasion serait en déclin: en trois ans, le nombre de véhicules exportés serait passé de 340.000 à 150.000. - © RTBF

L'activité représente tout de même 1200 emplois sur le territoire d'Anderlecht et Molenbeek. Le plus souvent, des emplois non qualifiés. Mais le Ministre-Président bruxellois n'en veut plus ! Même si son projet alternatif n'a pas abouti, Rudi Vervoort a été très clair sur ses intentions devant le Parlement bruxellois.

Le commerce de voitures d'occasion implanté dans le quartier de la rue Heyvaert devait déménager. Un terrain le long du canal prévoyait de l'accueillir en même temps que des activités logistiques. Malgré trois tentatives, aucun investisseur crédible ne s'est manifesté. Le projet tombe donc à l'eau.

Que deviendra le secteur de l'import-export de voitures ? "C'est vrai, je ne m'en cache pas, l'objectif est que ce marché, petit à petit, dégage…", répond Rudi Vervoort.

Une "mise à mort" du secteur, "sans alternative"

La rudesse du propos étonne l'Ecolo Alain Maron. "Maintenant, le positionnement de la Région est relativement clair : le commerce de voitures d'occasion au quartier Heyvaert doit disparaître, mais il doit disparaître globalement de la Région. Et donc, on met à mort complètement cette activité commerciale à Bruxelles, de manière assumée et sans alternative !"

Pour ce commerçant de la rue Heyvaert, s'en aller, c'est plus facile à dire qu'à faire… "Je veux bien mais s'en aller où ? Et puis, on a consenti à de lourds investissements. Les banques, qui va les payer ? On a des échéances à honorer, nous !"

La Région n'a guère d'état d'âme face à un secteur présenté comme en déclin : en trois ans, le nombre de véhicules exportés est passé de 340.000 à 150.000. Des chiffres vivement contestés par le secteur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK