L'Ihecs n'intégrera pas l'ULB à la rentrée académique 2021

L’Ihecs n’intégrera pas l’ULB à la rentrée académique 2021
L’Ihecs n’intégrera pas l’ULB à la rentrée académique 2021 - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

L’Ihecs et l’ULB ne fusionneront pas pour la rentrée académique 2021. L’Institut des Hautes Études des Communications Sociales a décidé de se retirer du projet. "Il n’est pas enterré mais il est reporté. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de signer cette intégration à l’université" explique Jean-François Raskin, administrateur général de l’Ihecs. Les négociations étaient pourtant déjà bien avancées. Depuis près d’un an et demi, des équipes travaillaient de concert. Des conventions en matière de gouvernance, en matière de gestion du personnel et du patrimoine étaient même bouclées.

Perte d’identité

Mais cela a fini par capoter au moment où il a été question de la gestion journalière de ce qui devait devenir une grande faculté de journalisme et de communication. "Au final, il y avait une crainte assez importante de notre part de perdre ce qui fait la spécificité de l’Ihecs, de son projet pédagogique, de sa liberté pédagogique, de son autonomie financière. De son autonomie tout court" précise Jean-François Raskin. Précisément ce sont les lourdeurs liées à la structure de l’Université qui ont fait reculer l’Ihecs. "Les procédures, les règles et la culture de l’université sont très peu compatibles avec ce que nous faisons aujourd’hui. On aurait dû transformer notre projet pédagogique en profondeur. Et ça clairement, les membres du personnel ne sont pas prêts à cela aujourd’hui".

La volonté de collaborer reste très forte

Du côté de l’ULB, on prend acte de cette décision. "On a beaucoup travaillé. Enormément de choses ont avancé donc on ne va pas dire qu’on n’est pas un peu déçu. Mais le travail continue parce que la volonté de collaborer reste très forte" explique Yvon Englert, le recteur de l’ULB. Pas d’intégration donc à court terme mais des partenariats. "C’est en tout cas ce qui est toujours sur la table de nos discussions. Nous avons déjà une série de partenariats et on souhaite de part et d’autre les approfondir sans aller, dans le temps actuel, jusqu’à une intégration dans l’université".

Pour Yvon Englert, c’est une étape, sans doute nécessaire avant que l’Ihecs ne passe le cap. "Je pense que cela se fera car c’est le bon projet. L’idée que c’est par cette voie là que l’académisation de l’Ihecs se fera reste notre conviction. En tout cas, du côté de l’université, on reste clairement ouvert".

Car pour l’ULB tout le monde a à y gagner. A commencer par les étudiants et Bruxelles. "Vous savez que nous avons énormément de communicants et de journalistes sur Bruxelles. C’est un magnifique laboratoire pour l’évolution très importante aujourd’hui des métiers de la communication et de l’information. Et cette grande école internationale de grande qualité en sera le berceau. J’en suis convaincu", conclu Yvon Englert.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK