L'hypnose comme outil thérapeutique: un phénomène de mode?

L'hypnose comme outil thérapeutique: un phénomène de mode? (illustration)
L'hypnose comme outil thérapeutique: un phénomène de mode? (illustration) - © RTBF, DR

Le sujet suscite en tout cas un intérêt grandissant. Des formations à l'hypnose sont proposées, tant à destination des professionnels de la santé qu'à des particuliers. Des propositions qui fleurissent notamment sur Internet. Mais qui sont vraiment ceux qui proposent ces formations? Où ont-ils eux-mêmes été formés? La pratique de l'hypnose n'est pas un acte anodin et requiert des compétences bien particulières et reconnues.

Marie-Pierre Preud'homme est hypnothérapeute. Elle propose désormais en région liégeoise une formation à l'hypnose à destination de professionnels de la santé et de particuliers. Une formation de 60 heures dite "certifiante". "Avoir un certificat, cela signifie qu'il y a eu une présence de minimum 80% au cours, et qu'il y a eu une réussite de l'examen final. Dans ce cas, je sais que la personne peut utiliser l'outil hypnose en toute sécurité".

Une formation a priori sérieuse mais qui, d'un point de vue strictement scientifique, n'a pas de valeur, la profession d'hypnothérapeute n'étant pas protégée. Anesthésiste au CHU de Liège, pionnière dans l'utilisation de l'hypnose lors d'une intervention chirurgicale ainsi que dans le traitement de la douleur, le professeur Marie-Elisabeth Faymonville incite à la prudence: "Moi j'invite toutes les personnes qui cherchent à se former à l'hypnose à s'adresser à des centres reconnus, où les formateurs ont une base et un diplôme dans le domaine du soin".

Pratiquer l'hypnose n'est pas un acte anodin: "Quand l'individu se met en hypnose, il devient beaucoup plus suggestible, donc les mécanismes de défense diminuent".

Troubles du sommeil, alimentaires, problèmes d'addiction ... les bienfaits de l'hypnose, si elle est pratiquée de manière maîtrisée, sont reconnus. ll s'agit donc d'être bien informé sur les compétences et le sérieux des personnes qui l'utilisent.

Bénédicte Alié

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK