L'histoire politique de la Wallonie à Namur en 10 photos

Parlement wallon
11 images
Parlement wallon - © RTBF - Rudy Hermans

Alors que notre fédéralisme s’apprête à prendre une nouvelle dimension avec d'importants transferts de compétences, retour sur les lieux qui ont marqué et accompagné la construction régionale dans la capitale wallonne.

Bien avant d’être désignée capitale régionale, Namur et ses entités ont accueilli diverses réunions de militants wallons, notamment dans la modeste salle Jean Materne (du nom d’un ancien bourgmestre de Jambes). Deux congrès du Mouvement populaire wallon fondé par André Renard y sont organisés en 1964 et 1965. Et en 1969, c’est là aussi que se tient le seul congrès réunissant quatre mouvements wallons: le Mouvement populaire wallon, le Mouvement libéral wallon, Wallonie libre et Rénovation wallonne.

1974, dans la foulée de la 1e révision de la Constitution (1970), la loi dite de "régionalisation préparatoire" crée trois Comités ministériels des affaires régionales (au sein du Gouvernement) et trois Conseils régionaux ne disposant que d'une compétence consultative. Le Comité ministériel wallon se réunit pour la 1e fois le 25 novembre à la Maison de la Culture de la Province de Namur, sous la présidence du ministre des Affaires wallonnes Alfred Califice.

Le lendemain, le 26 novembre, le Palais provincial, ancienne demeure des évêques de Namur accueille la 1e réunion du Conseil régional wallon (ancêtre du Parlement wallon), composé alors des sénateurs francophones élus en Wallonie et sous la présidence de Franz Janssens.

Les parlementaires

Le Conseil régional wallon tient sa 1e réunion le 15 octobre 1980 à l’Hôtel Sofitel de Wépion (aujourd’hui Hampton’s), sous la présidence de Georges Glineur. Les deux premiers décrets wallons y furent adoptés : l’un modifiant la loi sur la pêche fluviale et l’autre créant un Comité de surveillance et de contrôle dans les entreprises en voie de restructuration (déjà…)

Dès la législature suivante, le 23 décembre 1981, le Conseil régional présidé par André Cools s’installe dans le centre-ville de Namur, dans l’ancienne Bourse de commerce (désormais Namur Congrès). Il y restera près de 17 ans.

Et le 21 octobre 1998 a lieu la 1e séance du Parlement wallon dans l’ancien hospice Saint-Gilles, entièrement reconstruit entre 1667 et 1724 au pied de la citadelle de Namur, au confluent de la Meuse et de la Sambre.

Les ministres

Il faut attendre 1984 pour voir à Namur un 1e cabinet ministériel. Et le précurseur, c’est Valmy Féaux, ministre de l’Eau, de l’Environnement et de la Vie rurale. Il s’installe au N° 97 de la rue Van Opré, à Jambes.

La 1e réunion namuroise de l’Exécutif régional wallon présidé par Jean-Maurice Dehousse est organisée dans la foulée, le 13 mars 1985, quelques mètres plus loin, au N° 89.

Aujourd’hui, il n’y a plus de cabinets dans ces deux bâtiments, mais deux ministres sont toujours logés dans un immeuble situé à proximité.

Président de l’Exécutif régional wallon, Bernard Anselme s’installe à l’hôtel Kegeljan de 1988 à 1992. Cet ancien hôtel particulier construit à la fin du XIXe siècle abrite désormais les bureaux du bourgmestre de Namur.

Et en 1991, le siège de la présidence du Gouvernement wallon est installé dans une autre demeure privée de la 2e moitié du XIXe siècle, rebaptisée (avec une pointe d'autodérision) "Elysette".

L'histoire immobilière de la Région dans sa capitale n'est bien sûr pas terminée. Le Parlement wallon s'est engagé dans une série d'acquisitions d'immeubles situés dans le voisinage immédiat du Saint-Gilles. Objectif: rassembler les différents groupes parlementaires sur un seul site et aménager de nouvelles salles de commissions.

Sources: le site Connaître la Wallonie et celui de l'Institut Destrée.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK