L'entretien de la tondeuse, c'est maintenant qu'il faut y penser, pour un redémarrage optimal au printemps

Chaque tondeuse est nettoyée, démontée et inspectée avant un passage au banc d'essai.
3 images
Chaque tondeuse est nettoyée, démontée et inspectée avant un passage au banc d'essai. - © Hugues Van Peel - RTBF

Plantation, paillage, nettoyage… Il y a toujours à faire au jardin. Cependant, avec la météo maussade de ces dernières semaines, vous êtes sans doute nombreux à avoir remisé vos outils. Mais avez-vous déjà pensé à faire entretenir votre tondeuse? Si ce n’est pas le cas, ne traînez pas, les plannings se remplissent à vue d’œil.

C’est le cas notamment chez GreenRobot, une PME de Sauvenière (Gembloux) spécialisée dans la vente, l’installation et l’entretien de tondeuses-robots. Ces engins automatiques ont de plus en plus de succès, 10 à 15% de croissance chaque année selon Gaëtan Davreux, le gérant. Il y a six ans, l’entreprise employait trois personnes. Elle compte huit collaborateurs aujourd'hui.

Jusqu'à trente machines par jour

En cette période, entre vingt et trente machines arrivent chaque jour à l'entretien, l’équipe travaille presque à flux tendu. Et chacun sait ce qu’il a à faire, de la réception à la vérification finale sur le banc d’essai: tous les composants sont nettoyés, auscultés et remplacés si nécessaire.

"Sur un robot, beaucoup de gens pensent qu’il n’y a rien à faire, mais c’est faux, explique encore Gaëtan Davreux. Il faut qu’on ouvre complètement toutes les machines pour les vérifier, chaque année ou moins tous les deux ans. C’est indispensable pour les faire perdurer."

Dans cet atelier, plus de 1.500 tondeuses-robots seront ainsi examinées en quatre mois. Et pour les propriétaires, il vaut mieux ne pas attendre le retour des beaux jours pour prendre rendez-vous.

"A partir du moment où le client décide qu’il n’a plus besoin de sa tondeuse, on l’incite clairement à nous l’amener le plus rapidement possible, poursuit Joseph Everaerts de Velp, en charge du personnel et des relations avec la clientèle. Il ne faudrait pas que toute cette masse de travail arrive d’un coup le premier mars. Donc, on doit donner une date de fin des entretiens, pour que les équipes d’installation, les deviseurs et le service après-vente puissent se remettre en route."

Et pour les distraits et les procrastinateurs? "Pour ceux qui arriveront à la dernière minute, on proposera seulement un contrôle visuel et un passage au banc d’essai, avec réparation si nécessaire, ajoute Joseph Everarts de Velp. Mais on ne fera plus un entretien complet avec démontage du robot".

Pour un redémarrage optimal de votre tondeuse au printemps, sans stress, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire. Et le conseil vaut aussi pour les tondeuses et petits tracteurs à moteur thermique. Là non-plus les spécialistes ne manquent pas de travail en cette période.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK