L'entreprise namuroise Wow, en faillite, a trouvé un repreneur

L'entreprise namuroise Wow a trouvé un repreneur : Sapristic international
L'entreprise namuroise Wow a trouvé un repreneur : Sapristic international - © Tous droits réservés

Le tribunal de commerce de Namur a accepté ce matin une offre de reprise des trois entreprises du groupe namurois Wow, déclarées en faillite le 2 mai dernier. Le repreneur est une PME de Louvain-la-Neuve spécialisée dans les logiciels pour les hôpitaux et les systèmes de fabrication automatique utilisés dans l'industrie pharmaceutique : Sapristic international.

L'offre de reprise, pour un montant de 2,4 millions d'euros, prévoit le réengagement immédiat des deux-tiers du personnel de Wow, soit une soixantaine de personnes. Mais avec le soutien des banques et des sociétés publiques wallonnes d'investissement, ce sont en tout 6,5 millions d'euros qui devraient être réinvestis dans l'activité.

La boule à vagues

La faillite du groupe Wow avait fait couler beaucoup d'encre il y a deux semaines. On croyait ce fleuron technologique wallon prospère. Son chiffre d'affaires était en croissance constante depuis plusieurs années.

Mais des investissements récents, notamment dans le domaine pharmaceutique, se sont révélés beaucoup trop otpimistes. Et les trois entreprises du groupe (Wow Technology, Wow Company et Win Tech) se sont retrouvées en ce début d'année 2017 avec un endettement insurmontable : près de 10 millions d'euros !

L'entreprise Wow s'était fait connaître au milieu des années 90' avec un produit phare très médiatique : une boule pour faire des vagues dans les piscines. Mais elle réalisait l'essentiel de son chiffre d'affaires dans le développement de machines industrielles et de robots. C'est évidemment cette seconde activité qui intéresse le plus Sapristic international.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir