L'enseignement provincial renforce son offre en sport-études en Brabant wallon pour la rentrée

Jusqu’à présent, dans le réseau d’enseignement provincial du Brabant wallon, la seule possibilité de se perfectionner dans un sport tout en poursuivant ses humanités était l’option "foot-études" proposée par l’IPAM à Nivelles. Cette option y existe depuis trois ans. Ce lundi, les responsables de l’enseignement provincial ont annoncé qu’ils souhaitaient proposer la formule à davantage de jeunes et l’ouvrir à d’autres sports. Ainsi, une deuxième section "foot-études" ouvrira dès septembre au CEPES de Jodoigne, et une "section hockey-études" démarrera à l’IPES de Wavre. Ces sections seront accessibles dès la troisième secondaire, quel que soit le niveau sportif de l’élève. Il s’agira d’enseignement général de transition.

Le bagage sera donné pour pouvoir aller dans l’enseignement supérieur par la suite

Il faut être réaliste, rares sont les jeunes qui poursuivent une carrière de sportifs professionnels. "Dans le football, on estime par exemple que seul un jeune sur 20.000 réussira dans le sport professionnel. Il faut donc un bon diplôme, insiste le directeur de l’IPAM, Fabrice Debelder. Ils ont donc, comme dans l’enseignement général, la même formation commune. La seule différence, c’est qu’au lieu de faire par exemple du latin ou du grec, ils ont des heures de sport en plus". L’idée est en effet de leur permettre d’accéder ensuite à l’enseignement supérieur, en éducation physique, sciences ou même kinésithérapie. "On voit souvent que les jeunes se consacrent pleinement à leur sport, en faisant des sacrifices. Ici, on va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le développer sur le plan sportif, mais si pour l’une ou l’autre raison, une réorientation doit s’opérer, le bagage sera donné pour pouvoir aller dans l’enseignement supérieur par la suite", ajoute André Grenier, le directeur d’administration de l’enseignement provincial.

Sur les terrains des Diables Rouges et des Red Lions

L’autre nouveauté, c’est que l’enseignement de la pratique sportive se professionnalise. Trois nouveaux enseignants ont été recrutés, un pour chaque implantation. Tous ont un profil de sportif professionnel, associé à un diplôme d’éducation physique. Ils passeront huit heures par semaine avec chaque classe. "C’est un bon nombre d’heures, mais dedans seront comprises également des heures de renforcement musculaire. En cinquième et sixième, il y aura aussi des heures plus scientifiques, d’anatomie, de connaissance du corps, de biomécanique… pour comprendre comment le corps fonctionne. Ce ne sera pas que du football huit heures par semaine", précise Lionel Dauby, qui forme actuellement des coaches sportifs et enseignera au CEPES de Jodoigne dès septembre. La professionnalisation passera également par les infrastructures : les élèves pourront désormais accéder aux terrains des clubs locaux et, plusieurs fois par an, des équipes nationales, que ce soit au centre d’entraînement de l’Union belge de football à Tubize, ou au futur stade national de hockey de Wavre.

D’autres sports envisagés

Le réseau d’enseignement provincial ne compte pas s’arrêter là. En fonction du succès que recueilleront ces options, il pourrait dans l’avenir ouvrir d’autres sections sport-études dans ses établissements. Une option cyclisme est notamment envisagée. Le foot et le hockey pourraient aussi davantage se développer. La Fédération belge de hockey est en tout cas en demande de davantage de pratique dans les écoles. Après celui du Sacré-Coeur de Waterloo, ce sport-études provincial est accueilli à bras ouverts par cette dernière. " On voit que ça marche, que les jeunes sont épanouis. Et c’est une belle porte d’entrée pour la continuation et de développement de notre sport. Cela permet de le faire découvrir dans un autre cadre que dans un club", se réjouit Dominique Coulon, son directeur général. Les élèves n’ont d’ailleurs pas besoin de déjà faire partie d’un club pour s’inscrire dans ces options. Il leur suffit d’être titulaires de leur CE1D, le certificat d’études du premier degré de l’enseignement secondaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK