L'Avenir: les journalistes favorables à une grève

L'Avenir: les journalistes favorables à une grève
L'Avenir: les journalistes favorables à une grève - © Tous droits réservés

Les rédactions des Éditions de l'Avenir ont voté, à la quasi unanimité, cet après-midi, en faveur d'une grève. Réunis en assemblée générale, les journalistes expriment ainsi leur opposition aux conditions de départ prévues dans le cadre du plan de restructuration concocté par la direction.

Une centaine de journalistes étaient présents. Seules trois personnes ont voté contre la grève, six autres s'étant abstenues.

Les rédactions du média précisent que parmi les autres mesures décidées, des actions collectives ont notamment été votées. La motion de méfiance envers le directeur des rédactions, Philippe Lawson, a fait l'objet d'un nouveau vote, qui s'est soldé par une unanimité moins trois abstentions. 

Respect de la convention

"Notre volonté est un retour à la table des négociations avec la direction, en vue de faire appliquer la convention des journalistes dans le cadre des RCC et des départs volontaires", indique l'AJP. L'Association des Journalistes Professionnels entend également que la direction revienne à la promesse qui a été faite au personnel de ne pas procéder à des licenciements secs.

"On demande juste à la direction de respecter les conventions signées il y a deux ans", insiste Bruno Malter, chef d'édition. "Nous, nous souhaitons que les départs se fassent sur base volontaire", précise Martine Simonis, de l'AJP. "D'où l'importance de rouvrir les négociations avec les journalistes, travailler sur les modalités, et les gens vont alors s'inscrire dans le plan de départs. Faute de quoi, il y aura des actions".

Rappelons que la direction, qui dépend du groupe Nethys, n'a pas obtenu le nombre de départs volontaires envisagé dans son plan. Les journalistes redoutent dès lors des licenciements secs. Et selon certains, ces licenciements viseraient d'abord les rédacteurs qui auraient écrit des articles ou auraient eu des attitudes embarrassantes aux yeux de Nethys.

La direction compte boucler la liste des personnes à licencier le 18 février prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK