L'avenir de la Gay Pride bruxelloise est incertain

La manifestation de la communauté homosexuelle connait un succès croissant d'année en année. Elle a donc besoin de moyens supplémentaires.

Aujourd'hui, une partie de son budget provient de sponsors privés, l'autre émane des pouvoirs publics. C'est bien là que le bât blesse. La Communauté flamande contribue bien davantage à l'organisation de la Gay Pride que la Fédération Wallonie-Bruxelles et que la Commission communautaire française de la Région bruxelloise.

Ce déséquilibre a attiré l'attention de l'inspection des finances du gouvernement flamand. A deux reprises, elle a émis un avis négatif au paiement du subside de 50 000 euros. Par deux fois, le ministre flamand des Finances a passé outre, mais il ne le fera pas une troisième fois.

Une solution semble en vue. Le président du gouvernement francophone bruxellois, Christos Doulkeridis, propose de faire passer le subside de la Cocof de 5000 à 20 000 euros en 2012. Il reste à voir si cet argent francophone sera suffisant aux yeux du gouvernement flamand. Et si la fédération Wallonie-Bruxelles emboitera le pas...

Philippe Carlot – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK