L'automatisation du métro, l'un des gros chantiers de la STIB

Le projet Pulsar devrait coûter quelques 650 millions d’euros.
Le projet Pulsar devrait coûter quelques 650 millions d’euros. - © Belga

Le nouveau contrat de gestion de la STIB est sur les rails. Il a été signé mercredi par les responsables de la STIB et la ministre de tutelle, Brigitte Grouwels. Ce contrat définit les grands projets de l'entreprise pour les cinq prochaines années. Parmi les éléments-clés du contrat: des investissements colossaux et le développement du réseau. Pour satisfaire une demande croissante et améliorer la mobilité en ville, la STIB augmentera sa capacité de transport de 22% d'ici 2017.

En ce qui concerne les projets d'extension du réseau, la STIB se prépare à l'automatisation du métro. Baptisé "Pulsar", ce vaste programme se fera en deux temps et  commencera par les lignes de métro 1 et 5 (à savoir la ligne Stockel-Gare de l'Ouest et la ligne Hermann Debroux-Erasme).

Le projet Pulsar permettra de doubler la capacité de transport, tout en conservant une voie dans chaque sens. "On prévoit d’acheter 43 nouvelles rames de métro, explique Brieuc de Meeus (le patron de la STIB). On doit aussi acheter un tout nouveau système de signalisation qui va permettre de faire en sorte que ces rames se suivent de manière plus proche. En 2018, on espère avoir une rame toutes les deux minutes ; en 2023, toutes les minutes trente…"

Ces rames sans chauffeur seront contrôlées à distance. "Evidemment, tout ce système est supervisé depuis un dispatching central, commente Luc Bioul (responsable d'exploitation à la STIB). Il y a des alarmes et des systèmes de communication avec les voyageurs (vidéo et audio). Du personnel circulera dans les stations, des accompagnateurs du système qui seront en capacité d’intervenir en cas d’incident."

Le projet prévoit aussi l'installation de portes palières, pour sécuriser le métro. "Une porte-palière, ajoute encore Brieuc de Meeus, c’est une porte que l’on met le long du quai. Une porte qui se ferme et qui empêche quiconque d’aller sur la voie et de perturber le fonctionnement du métro."

A plus long terme, la ligne 2-6 et le futur métro Nord seront aussi automatisés. Quant aux conducteurs de métro, ils seront réaffectés à d'autres tâches au sein de la STIB.

Le projet Pulsar devrait coûter quelques 650 millions d'euros, répartis sur une dizaine d'années. 500 millions pour les nouvelles rames ; 150 pour la signalisation et les portes palières.

Quant au nouveau contrat de gestion signé mercredi par le directeur général de la STIB Brieuc de Meeûs, la présidente du Conseil d'Administration de la STIB Adelheid Byttebrier et la ministre bruxelloise du Transport Brigitte Grouwels, il fixe les obligations mutuelles de la Société bruxelloise de transport et de la Région.

Jean-Claude Hennuy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK