L'auteur présumé du meurtre de Binche, 22 ans, est interpellé

La rue de Parsegnies à Binche, théâtre du drame
La rue de Parsegnies à Binche, théâtre du drame - © Google Street View

L'auteur présumé du meurtre d'une septuagénaire à Binche a été interpellé et placé sous mandat d'arrêt. Il affirme ne se souvenir de rien. L'agression a eu lieu dimanche dernier. La thèse du cambriolage qui a mal tournée a été évoquée à plus d'une reprise. C'est la téléphonie qui a trahi le suspect.

Dimanche matin, le corps sans vie de Sabine Jordens, 75 ans, avait été découvert à son domicile de la rue de Parsignies. Elle a avait été frappée de plusieurs coups. L'autopsie a confirmé qu'elle avait été étranglée. Rien ne semblait avoir été volé.

Les recherches ont abouti mercredi soir à l'interpellation, à Mons, de Julien D., un habitant de Binche âgé de 22 ans. L'enquête s'était focalisée sur lui dès qu'il était apparu qu'un appel téléphonique avait été passé du poste fixe de la victime vers une amie de Julien D. Selon elle, il lui a alors dit qu'il "venait de tuer une dame". Elle a aussitôt réagi en alertant les services de police.

Interpellé, l'homme a reconnu avoir passé ce coup de téléphone, qu'il avait donné parce que la batterie de son GSM était épuisée. Pour le reste, il dit ne se souvenir de rien en ce qui concerne le crime. Selon son amie, il aurait aussi dit avoir tué trois personnes. Concernant cette dernière déclaration, des devoirs d'enquête sont en cours pour vérification.

Les enquêteurs ont découvert aux abords de la maison de la victime des bouts de papier portant des numéros de téléphone en rapport avec Julien D.

Celui-ci a expliqué qu'il était entré dans la maison pour échapper aux recherches de la police. Il avait été condamné par défaut en juin dernier à 10 mois de prison pour coups.

L'homme a été inculpé de meurtre et placé sous mandat d'arrêt par la juge d'instruction Diane Dejardin. Une expertise psychiatrique de l'individu a aussi été ordonnée.

Belga, Sonia Boulanger

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK