Faute d'autorisation, l'application Heetch doit cesser ses activités à Bruxelles

L'application Heetch doit cesser ses activités à Bruxelles
2 images
L'application Heetch doit cesser ses activités à Bruxelles - © BERTRAND GUAY - AFP

Présent à Bruxelles depuis quelques mois, "Heetch" doit cesser ses activités à Bruxelles. Cette application pour smartphones permet de réserver, la nuit, un trajet dans la voiture d'un particulier. Principal avantage : c'est moins cher qu'un taxi...

Pascal Smet, le secrétaire d'Etat bruxellois à la Mobilité, estime qu'il s'agit là de "transport rémunéré de personnes", et non de partage de voiture, et que, dans ce cas, cette pratique exige une licence.

Et à Paris, le ton est le même. Après 3 ans de croissance en France, Heetch a été condamné en justice le mois dernier. L'entreprise a été reconnue coupable de complicité à l'exercice illégal de la profession de taxi. L'application doit payer 441 000 euros aux chauffeurs de taxis parisiens pour préjudice moral.

Plafond de revenus pour les conducteurs Heetch

Heetch était un bon moyen pour les particuliers d'arrondir leurs fins de mois en s'improvisant chauffeur de taxi, un peu à la manière d'UberPop. Même si les créateurs de l'application insistent tout de même sur ses différences. Les particuliers qui conduisent pour Heetch ne touchent pas plus de 5000 euros par an. Ce plafond montrerait, d'après Heetch, qu'on est dans un logique de participations au frais du véhicule. Selon eux, il ne s'agit pas de rémunération professionnelle.

En tout cas, Heetch ne se privait pas de recruter des conducteurs pour des jobs étudiants. En témoigne cette offre postée sur student.be invitant à rejoindre "la communauté Heetch".

Autre différence : l'usager paye ce qu'il veut pour son trajet. Une liberté toute relative puisqu'un montant est tout de même suggéré à l'usager. Celui-ci est aussi évalué après chaque trajet, tout comme le conducteur. Donc celui qui paye peu court le risque de n'être plus embarqué. Autant de spécificités qui n'ont pas convaincu Pascal Smet pour qui le service est semblable à celui d'UberPop.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK