L'ancienne base de l'OTAN à Sugny a été mise sous scellés

En 2000, Vresse rachète le site de l'ancienne base de l'OTAN à Sugny et sa septantaine de bunkers.
En 2000, Vresse rachète le site de l'ancienne base de l'OTAN à Sugny et sa septantaine de bunkers. - © Google Street View

A l’intérieur de cette ancienne base, on retrouve des produits de feux d’artifice. L’entreprise spécialisée en pyrotechnie avait loué les lieux mais elle ne paie plus ses loyers à la commune. De plus, elle ne respecterait pas le permis d'exploiter qui lui a été accordé. Du coup, le site a été fermé par les autorités. Mais de nombreux points d’interrogation subsiste.

Cela devait être la rente idéale pour la commune. En 2000, Vresse rachète le site de l'ancienne base de l'OTAN à Sugny et sa septantaine de bunkers de stockage de munitions pour 500 000 euros.

Dix ans plus tard, elle trouve le locataire a priori idéal : un importateur de feux d'artifice. L'entreprise Alpeco s'engage à payer 250 000 euros de location par an et à reverser en plus une part des rentrées sur les sous-locations. En deux ans, l'affaire doit donc être rentable...

Sauf que cet argent, la commune n'en verra qu'une petite partie. Puisqu'en 2013, des manquements graves sont constatés, les scellés sont posés et le locataire providentiel devient injoignable. "Non, je ne dis pas que l’on s’est fait avoir. De toute façon, nous avons un contrat en bonne et due forme. Et nous avons aussi une caution bancaire", explique Albert Leduc (bourgmestre).

Cette caution bancaire s'élève à 500 000 euros. Soit l'équivalent de deux ans de loyer. Mais le hic, c'est que le bourgmestre n'est pas sûr de pouvoir la récupérer. Or, la somme est loin d'être négligeable pour une petite commune de 3000 habitants. "250 000 euros pour un budget peut-être dix fois supérieur… C’est quand même une somme importante pour nous. Un impact sur nos finances ? Oui, car une fois que la garantie sera épuisée, cela va poser problème…"

Sans oublier qu'il faudra peut-être faire évacuer les tonnes de feux d'artifices stockés actuellement sur place. Ce qui coûte aussi très cher. Une procédure judiciaire a été lancée. En attendant, le bourgmestre assure qu'il n'y a actuellement aucun risque d'explosion.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK