L'AKP du président turc Erdogan mène campagne dans les rues de Bruxelles

Le Président turc Erdogan en campagne à Schaerbeek
Le Président turc Erdogan en campagne à Schaerbeek - © Droits réservés

Les élections législatives turques se tiendront le 1er novembre. En Belgique, les consulats de Bruxelles et d'Anvers accueillent déjà les électeurs turcs, qui disposent désormais du droit de vote à l'étranger. Pour le parti du président Recep Tayip Erdogan, l'AKP (islamo-conservateur), la diaspora turque de Belgique (et des pays voisins) constitue un public à ne pas négliger. C'est manifeste, à en juger par les tracts et autres autocollants qui ont fleuri, ces derniers jours, dans les rues de Schaerbeek et de Saint-Josse, les communes où la population d'origine turque est la plus nombreuse. Ces commerçants de la rue Josaphat, à Schaerbeek, ne s'y sont d'ailleurs pas trompés.

"Hier, toutes les voitures, toutes les rues, il y en avait collés partout...C'était seulement Erdogan, ce sont des photos d'Erdogan."

"Oui, bien sûr, il y a des gens qui viennent déposer des tracts de certains partis politiques. Personnellement, j'ai vu tout le monde et j'ai aussi ici des tracts de plusieurs partis."

La commune de Schaerbeek apprécie peu l'apposition d'autocollants sur le mobilier urbain ou les panneaux indicateurs. Le bourgmestre (FDF) Bernard Clerfayt entend faire respecter le règlement général de police qui interdit de souiller l'espace public avec de la propagande électorale.

"Il y a deux jours, les rues de Schaerbeek ont été remplies d'autocollants appelant à voter pour M. Erdogan et la plupart des voitures dans la nuit ont reçu une petite brochure sur le pare-brise. Et donc il y avait des tracts visibles partout dans Schaerbeek. Dès qu'on a vu ça, les services communaux de propreté sont aller retirer toutes ces affiches. (...) Il y en avait énormément."

Schaerbeek dépose plainte

La commune entend bien appliquer son règlement et infliger au parti du président turc l'amende prévue, soit un maximum de 225 euros par infraction. Reste à voir si l'AKP, qui dispose d'une représentation à Bruxelles, consentira à payer. Les autres partis politiques turcs, en tout cas, se montrent nettement plus discrets lors de cette campagne législative. En tout cas dans l'espace public bruxellois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK