La justice veut saisir 350 camions du groupe Jost, qui dénonce une "tentative de déstabilisation" de la part du parquet

L'affaire Roland Jost n'est pas terminée
L'affaire Roland Jost n'est pas terminée - © Tous droits réservés

Le parquet fédéral veut faire saisir 350 camions du groupe Jost. Ce transporteur routier est accusé de traite des êtres humains, blanchiment et fraude sociale. 19 camions ont été saisis depuis plusieurs mois et ne roulent plus. Selon des informations obtenues par la RTBF, la justice souhaite en saisir entre 300 et 400 autres.

Depuis presque deux ans, le groupe Jost est soupçonné de fraude sociale. Des chauffeurs routiers d'Europe de l'Est seraient déclarés fictivement à la sécurité sociale de leurs pays d'origine de manière à ne pas payer les droits sociaux belges, alors que ces chauffeurs roulent à partir de la Belgique.

Ces chauffeurs travaillent dans des conditions difficiles. Ils logent dans leurs camions pendant des périodes de quatre à six semaines et ne sont pas payés au tarif d'un chauffeur belge. C'est pour ça que dans cette affaire, il est aussi question de traite des êtres humains. Le préjudice subi tant par les travailleurs que par la sécurité sociale belge s'élèverait à plus de 55 millions d'euros entre 2014 à 2016.

Si la justice veut faire saisir ces 350 camions, c'est pour empêcher la fraude de se poursuivre. Une audience est prévue le 26 février prochain devant le tribunal des référés.

Jost Group dénonce une "tentative de déstabilisation" de la part du parquet fédéral  

Jost Group a publié un communiqué ce lundi après-midi, qui souligne que le tribunal de première instance de Liège a interdit le 27 janvier la saisie de plus de 300 camions de la société souhaitée par le parquet fédéral. Jost Groupe analyse l'attitude du parquet fédéral comme "une tentative manifeste (mais vaine) de déstabiliser la société pour faire peur à ses clients". Selon Jost Group, le Procureur fédéral "communique à la presse des informations erronées et contraires à la présomption d'innocence". Jost Group demande à la Justice de confirmer la décision d'interdire la saisie de ses camions.

Archives: Journal télévisé 09/05/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK