L'aéroport de Liège développe l'aviation d'affaires

L'aviation d'affaires aura dès l'année prochaine des infrastructures dignes de ce nom à l'aéroport de Liège. La compagnie belge ASL, spécialisée dans les jets privés, va s'y implanter. Le marché a le vent en poupe et Liège Airport offre de nombreux avantages. Mais qui sont celles et ceux qui s'offrent ce type de vols et que cherchent-ils? Nous avons embarqué avec un client.

Stéphane Ledermann, utilisateur et gestionnaire de jets privés, le sait: pouvoir monter dans cet avion fait de lui un privilégié. Régulièrement, cet homme d'affaires loue les services d'un jet privé pour voyager aux 4 coins de l'Europe. Tarif minimum: 2800 euros l’heure. Mais pour celui-ci, comptez plutôt de 4 à 5000 euros: « Ici vous avez le cockpit qui est très moderne» explique Stéphane Ledermann. «Ça fait partie des plus beaux avions dans cette taille de cockpit» . Son prix: à peu près 20 millions de dollars.

Pour ce prix-là, ceux qui les achètent où les louent viennent chercher le luxe. Mais ce n'est pas tout. Comme Stéphane Ledermann, le client type de l’aviation d’affaires belge est un business man. Et ce qu’il veut avant tout, c’est gagner du temps: « Le plus important, c'est qu'un vol qui va mettre trois heures en aviation commerciale, parce que je vais partir une heure en avance, je vais arriver une heure avant pour passer la douane, les contrôles, et une heure de vol. En aviation d'affaires, ça se réduit en une heure et quart. L'autre avantage considérable, c'est que c'est l'avion qui attend le client et non pas le client qui doit se dépêcher d'attraper son avion ».

Un marché en croissance

En moyenne, chaque jour, en Belgique, il y a 60 décollages ou atterrissages de jets privés. L'une des compagnies belges actives dans ce secteur, c'est ASL. Avec une flotte de 37 avions, elle a décidé de s’implanter à l’aéroport de Liège. Pour sa situation géographique et son peu de trafic la journée. Mais pas seulement. Philippe Bodson, Directeur général de ASL Group: « C'est l'endroit. Ce sont les taxes. C'est aussi le carburant qui est moins cher. Et aussi le fait que l'aéroport soit ouvert 24 heures sur 24... Il y a des avantages qu'on ne va pas trouver dans des autres aéroports ».

Pour cela, d’ici quelques mois, un entrepôt de 2100 mètres carrés et un terminal privé verront le jour. ASL va débourser environ 3 millions d'euros. Un investissement presque équivalent pour Liège Airport, via la Sowaer.

20 emplois à la clé

Développer un peu plus l'aviation d'affaires est aussi une opportunité pour cet aéroport. Luc Partoune, Directeur général de Liège Airport: « Aujourd'hui, c'est quelque chose qui tourne autour de 3000 passagers. Nous tablons sur une croissance d'environ 20% par an, c'est-à-dire quelque chose qui reste modeste mais qui a quand même un côté très important en termes de notoriété pour l'aéroport . C'est d'offrir un service rapide, discret. C'est simplement une activité complémentaire qui s'intègre parfaitement avec l'activité cargo que nous développons ».

Ce nouveau pôle d'aviation devrait permettre à ASL d'embaucher 20 personnes la première année. Et plus par la suite, si le succès est bel et bien au rendez-vous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK