L'aérodrome de Liernu, premier espace aérien wallon réservé aux drones

Les vols à haute altitude ou de nuit pourront désormais y être réalisés (illustration).
4 images
Les vols à haute altitude ou de nuit pourront désormais y être réalisés (illustration). - © pixabay

Une zone semblable a déjà été créée fin de l'année dernière en Flandre, à Saint-Trond.

Ces zones s'adressent principalement aux centres de recherches, universités ou encore aux constructeurs. Ils peuvent y faire des essais dans des conditions qui ne sont pas autorisées ailleurs. Par exemple : voler plus haut ou de nuit, dans une zone de 3.8 km de diamètre.

Ce nouvel espace aérien va donc servir à plusieurs utilisateurs. Et parmi eux, des membres de l'UCL qui mènent un projet précis.

"C'est un projet de recherche dans le domaine de l'hydro géophysique, explique Sébastien Lambot, professeur en bio-ingénieur à l'UCL. L'objectif est de développer une technique géoradar pour la cartographie de l'humidité des sols. Par exemple pour optimiser l'irrigation, ou d'autres applications agricoles (…) Pour nous, il est important de pouvoir réaliser des tests scientifiques pour cartographier de manière très rapide des surfaces agricoles (ce que l'on ne pourrait pas faire à l'aide d'un tracteur)."

En ce sens, le site de Liernu est capital dans la mesure où "l'on va pouvoir faire ces tests, ce qu'on ne pourrait pas faire ailleurs dans le cadre de la législation belge actuelle. Notamment au niveau des vols à haute altitude."

Une zone de 3.8 kilomètres de diamètre réservée aux tests pour les drones

Dans l'espace aérien réservé, les drones pourront voler jusqu'à trois fois plus haut qu'ailleurs en Belgique où l'altitude maximale est fixée à 90 mètres. Renaud Fraiture, gestionnaire de l'EspaceDrone, explique que "le cadre est très strict en Belgique (ndlr: pour des raisons de sécurité, à cause de la menace terroriste). Le vol de nuit est interdit. La pulvérisation est interdite. Le transport d'objet est interdit". A l'aérodrome de Liernu, tout cela sera possible. "On pourra voler beaucoup plus haut qu'ailleurs, faire du transport d'objet, des pulvérisations pour faire des tests. C'est une espèce de dérogation permanente qu'on a pour ces genres de produits." Les drones pourront décoller entre 9 heures du matin et minuit. Les vols de nuits seront donc aussi autorisés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK