L'accès à la profession de coiffeur se modernise en Région bruxelloise

L'accès à la profession de coiffeur se modernise en Région bruxelloise
L'accès à la profession de coiffeur se modernise en Région bruxelloise - © JOHANNES EISELE - AFP

Avec la 6ème réforme de l'Etat, l'accès à la profession a été régionalisé. Aujourd'hui, la Région bruxelloise tente de le moderniser, et cela commence par l'accès à la profession de coiffeur.

Fini l'examen théorique devant le Jury central. Désormais, le ou la candidate sera évalué sur ses compétences. C'est en tout cas l'idée, d'un projet-pilote que vient de présenter le ministre bruxellois de l'Emploi, Didier Gosuin.

"Réussir des actes techniques, est plus crédible"

A partir de septembre de cette année, l'examen théorique va être remplacé par un examen pratique : "Concrètement, les candidats qui peuvent prétendre d'une expérience (qu'ils soient Belges ou étrangers, qu'ils vivent sur notre territoire), sont donc soumis à des contrôles techniques, pratiques, dans un salon de coiffure, entourés de professionnels ; et, ils sont donc côtés et jugés par des coiffeurs, et plus par un ordinateur et par des théoriciens", explique le ministre bruxellois.

Et d'ajouter : "Si un candidat réussi les actes techniques, il nous paraît être plus crédible que s'il a réussi un test théorique."

Du côté des représentants du secteur, on est ravi, car "l'accès à la profession, tel qu'il est aujourd'hui, ne vaut pas grand chose", nous dit-on. "Le fait de le moderniser va permettre de valoriser le métier".

Les accès à la profession supprimés en Flandre

Seul petit hic : la Flandre compte, de son côté, supprimer tous les accès à la profession. Ce qui risque de poser problème : "Cela signifie que si un francophone va s'installer en Flandre pour exercer une profession qui n'est plus réglementée, il peut le faire. Et après deux ans, selon le prescrit européen, s'il revient à Bruxelles ou en Wallonie ou en France ou aux Pays-Bas ou en Allemagne, de facto, il aura accès à la profession", affirme Didier Gosuin.

Dans tous les cas, l'accès à la profession sera maintenu en Région bruxelloise (la Wallonie devrait suivre). Le ministre compte même étendre cet examen pratique à tous les métiers techniques après évaluation de ce projet-pilote. 

La première évaluation est prévue pour la fin décembre. L'évaluation définitive, elle, est prévue en mars de l'année prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir