KIKK festival: à Namur, le futur c'est tout de suite

Des humains sous-vide, l'œuvre de l'artiste belge Lawrence Malstaf sera exposée à l'église d'Harscamp.
Des humains sous-vide, l'œuvre de l'artiste belge Lawrence Malstaf sera exposée à l'église d'Harscamp. - © Kikk

Du 2 au 4 novembre prochain, Namur accueille la 7e édition du KIKK festival et son concert d'inventions, de projets et d'idées échevelantes... Comme par exemple cette lampe frontale, Wattlight, qui se recharge grâce à l'énergie dégagée par le corps, la chaleur en l'occurrence. Cette invention wallonne sera présentée, parmi plusieurs dizaines d'autres, au Market, le chapiteau installé en plein centre de Namur, sur la place d'Armes.

Le Kikk, c'est aussi un paquet de conférences, avec un invité vedette cette année : Bruce Sterling, le pape du cyberpunk, auteur de science fiction. "Son travail a influencé des films cultes comme Matrix ou Blade Runner, explique Gilles Bazelaire, le directeur du Kikk. Un invité vraiment exceptionnel, malheureusement la conférence est sold out". En fait, tout le programme de conférences est complet.

Boîte à chaussures géante et humains sous-vide

Heureusement, le public aura de quoi se consoler avec plusieurs exhibitions étonnantes, comme cette boîte à chaussures géante qui prendra place devant le Théâtre de Namur. L'expérience In my shoes débarque de Grande-Bretagne. A l'intérieur, cinquante vraies paires de chaussures attendent le visiteur. Chaque paire est accompagnée d'un casque audio qui raconte l'histoire du propriétaire des godasses : un migrant, un artiste malien, un businessman new-yorkais, etc. Le visiteur enfile une paire et part se balader une demi-heure dans les pompes de quelqu'un d'autre, casque sur les oreilles.

A découvrir aussi durant le Kikk festival : des œuvres d'art étonnantes, comme ces poches géantes en plastique inventées par Lawrence Malstaf, exposées à l'église d'Harscamp. A l'intérieur de ces poches sous-vide sont enfermés des... êtres humains, en chair en en os, avec 20 minutes de réserve d'oxygène. Une réflexion sur le temps, l'espace, la consommation... Claustrophobes s'abstenir !

15.000 visiteurs en 2016

Au premier coup d'oeil, le programme du Kikk paraît plus éclectique que jamais. "Notre plus grande difficulté, reconnaît Gilles Bazelaire, c'est de faire comprendre notre concept : mettre en avant les cultures numériques et créatives, en décloisonnant les domaines. Il faut que tout le monde rencontre tout le monde : les chercheurs, les artistes, les entrepreneurs, les étudiants, le grand public."

L'année dernière le festival a attiré 15.000 personnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK