Kesaj Tchave redonne de la fierté aux roms de Bruxelles

La troupe Rom Kesaj Tchave ce samedi à Bruxelles
La troupe Rom Kesaj Tchave ce samedi à Bruxelles - © Tous droits réservés

Le concert du groupe Slovaque Kesaj Tchave (traduction : les enfants de la fée), ce week end à Bozar, a donné une autre image de la culture rom, loin des clichés répandus dans nos villes occidentales. La troupe est composée d'une vingtaine de jeunes roms issus des bidonvilles de Slovaquie.

C'est le musicien Franco-Slovaque, Ivan Akimov, qui eu l'idée, il y a quinze ans de fonder le groupe Kesaj Tchave. Son épouse est rom et éducatrice de rue. Le couple propose alors à des jeunes roms particulièrement défavorisés de Slovaquie de participer à un projet un peu fou, celui de créer une troupe de musiciens, chanteurs et danseurs. Le projet devait durer trois mois...il existe toujours et cela, même si les jeunes artistes s'entrainent toujours dans un couloir dépourvu de chauffage l'hiver.

La troupe est régulièrement invitée à l'étranger 

Chaque fois qu'il se produit, l'ensemble séduit par l'énergie et le rythme de la musique, par l'émotion des chants nés sur les routes ancestrales. Dans le public, plusieurs associations de roms, des enfants qui vivent ou qui ont vécu dans la rue sont aux premières loges. Face à Kesaj Tchave, ils retrouvent des émotions profondément enfouies. Une jeune femme nous confie sa fierté de voir enfin sa culture reconnue et admirée, elle qui a souvent eu honte de sa propre vie à faire la manche sur les trottoirs de Bruxelles. Ivan Akimov, le directeur de la troupe refuse pourtant tout angélisme. Beaucoup de roms sont déconnectés de leur culture mais devant un violon, beaucoup retrouvent les gestes, les déhanchements, les chants enfuis depuis si longtemps.

Une magie qui opère à chaque fois que les enfants de Kesaj Tchave montent sur scène, en particulier en dehors des frontières slovaques.

Véronique Fievet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK