Karaté: dans la famille Mulolo, il y avait le père… voici à présent les enfants!

La famille Mulolo au grand complet après une compétition à Bâle, où ils ont une nouvelle fois brillé.
La famille Mulolo au grand complet après une compétition à Bâle, où ils ont une nouvelle fois brillé. - © DR

Dans les familles qui marquent le sport belge et international, on ne présente plus les Hazard ou les Borlée. Désormais, on peut également compter sur la fratrie Mulolo. Cette famille namuroise excelle en karaté.

L'aîné, Jonathan, est déjà un nom bien connu de la discipline sur la scène internationale. Sa petite sœur Ophélie et son petit frère Hugo commencent eux aussi à faire parler d'eux sur la scène internationale.

Sur les tatamis du centre sportif de Limal, Jeannot Mulolo, deux fois vice-champion du monde de karaté, dirige l’entraînement. Parmi ses élèves, on retrouve ses trois enfants. À 24 ans, Jonathan est dix fois champion de Belgique et double champion d’Europe. Ophélie, âgée de 18 ans, est six fois championne de Belgique. Et, le petit dernier, Hugo, a 10 ans et est champion de Wallonie 2015.

Dans le dojo, l’ambiance est bonne. Hugo et Ophélie, tous les deux étudiants, sont contents de retrouver leur frère Jonathan. Celui-ci vit désormais à Bruxelles pour des raisons professionnelles. S’entraîner en famille est un plus pour eux, souligne Ophélie : " Ça motive, mais ça permet aussi d’avoir une certaine stabilité. On s’épanouit ensemble. C’est que du bonheur ! "

"S’entraîner en famille, c’est quelque chose que l’on fait depuis toujours. Il y a des moments qui sont plus difficiles quand les entraînements sont plus poussés, mais c’est toujours agréable d’être entouré de sa famille. On se dépasse les uns les autres. On se met parfois en compétition… On prend toujours le karaté pour un jeu", ajoute Jonathan.

Au début du mois, la famille s’est déplacée à Bâle pour un Open de karaté WKF. En terres suisses, Hugo s’est illustré en décrochant la médaille d’argent en U12. Il montre ainsi à ses aînés que la relève est assurée. Ophélie et Jonathan ont tous les deux raflé l’or dans leur catégorie.

Baignés dans le monde du karaté depuis leur plus jeune âge, les trois champions marchent sur les traces de leur père. Un papa fier et heureux de pouvoir leur transmettre sa passion : "C’est un plaisir. C’est un moment que l’on partage ensemble. J’ai la chance que les enfants pratiquent le karaté sans y être contraints. Ça vient naturellement. C’est extraordinaire pour moi."  

Le grand frère se dit impressionné par les deux plus jeunes. Il souligne leur progression : "C’est une grande fierté de les voir performer aussi bien que moi. Ma sœur est la meilleure karatékate belge dans sa catégorie et elle a tout le potentiel pour performer au niveau mondial. Quant à mon petit frère, c’est marrant de le voir à l’entraînement. Lui, il fait ça plus pour le fun. Il ne se met pas les mêmes exigences que nous, mais il a énormément de talent. Je pense que s’il se bouscule un peu plus il pourra aller très loin."

Pour Ophélie et Jonathan, l’objectif est la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Ça va passer par des tournois internationaux pour accumuler des points et améliorer leurs rankings mondial et olympique. Les deux aînés s’envoleront ce dimanche pour le Chili où ils prendront part à une compétition de série A. Un tournoi dans lequel ils espèrent briller pour se rapprocher un peu plus de Tokyo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK