"Journée Mondiale du Rein" : dépistage au GHDC de Charleroi

"Journée Mondiale du Rein" : dépistage au GHDC de Charleroi
2 images
"Journée Mondiale du Rein" : dépistage au GHDC de Charleroi - © Tous droits réservés

Ce jeudi c'est la "Journée Mondiale du Rein". L'occasion pour plusieurs hôpitaux du pays d'attirer l'attention sur toutes les maladies liées aux reins. Toute la journée, le Grand Hôpital de Charleroi, le GHDC, organise un dépistage gratuit des facteurs de risque des maladies rénales. Bien souvent, ces maladies sont diagnostiquées trop tard et les patients doivent, 3 fois par semaine, subir une dialyse. Un traitement lourd et contraignant que suivent, par exemple, au GHDC plus de 150 patients. C'est le cas de Fatima Benbihi, 62 ans : "je suis en dialyse, 3 fois par semaine depuis plus de 3 ans. C'est épuisant et invalidant. D'où l'importance, et c'est un message que je veux faire passer, de participer à ces dépistages"

Même message du côté de l'équipe médicale. L'insuffisance rénale chronique est une maladie sournoise, souvent cachée, qu'il faut détecter le plus tôt possible pour retarder au maximum la dialyse. "Sensibiliser les gens sur l'importance de ces maladies est primordial, estime Jean-François Cambier, néphrologue au GHDC de Charleroi et organisateur de cette journée. Il faut attirer leur attention sur les facteurs de risque qui prédisposent à ces maladies. L'obésité, l'hypertension artérielle et le diabète sont, à eux seuls, la cause de 50% des insuffisances rénales chroniques".

A noter, que cette année, une attention particulière sera aussi portée au dépistage chez les enfants. "Quand des enfants naissent prématurés, ça prédispose à avoir une plus faible masse rénale et donc à d'éventuelles complications à l'âge adulte, insiste Jean-François Cambier. Et puis, il y a aussi les enfants qui sont porteurs de maladies génétiques qui s'attaquent à la fonction rénale. Il est important aussi de pouvoir les détecter lors de campagne de dépistage comme celle-ci".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK