Journal de bord d'un soignant : Elise, Sage-femme libérale

Journal de bord d'un soignant : Elise, Sage-femme libérale
Journal de bord d'un soignant : Elise, Sage-femme libérale - © elise michel

 

On les applaudit chaque soir à 20H00...ce sont eux qui sont en première ligne pour lutter contre l'épidémie de coronavirus...Les soignants. Nous vivons une période totalement hors norme...elle l'est aussi pour eux qui sont sur le terrain. Dans quel état sont-ils ?

 J'ai voulu appeler Elise, Elise elle est française installée chez nous par amour et elle est surtout sage-femme… Sage-femme libérale. Elle a ouvert son cabinet de consultation à Givet, à la frontière franco-belge… Et quand je l’appelle, elle est anxieuse. "J’ai fait un dépistage parce que j’ai des petits symptômes, j’ai perdu l’odorat et je dois bien dire que je suis un peu stressée".

Elise pense donc être infectée par le coronavirus. De toute manière, elle a décidé depuis trois semaines de fermer son cabinet. Sans matériel de protection adéquat, elle ne voulait pas prendre de risque pour les mamans et leurs nourrissons… Ce n’est pas pour autant qu’elle lâche ses patientes, surtout celles qui viennent d’accoucher… Elle sourit, avec les nouvelles technologies, on arrête plus le progrès. " Elles m’envoient des photos de leurs bébés pour que je puisse voir la couleur de leur peau, en cas de suspicion de jaunisse, leur état d’éveil, une photo du cordon, ça va même jusqu’à une photo des couches pour voir si le bébé fait bien pipi et caca. Je pense qu’elles sont bien rassurées et pour le moment on arrive à s’en sortir comme ça".


On ne rigole pas, c’est très sérieux, elle a aussi filmé un tuto "comment fabriquer un pèse-bébé"" avec une balance de cuisine et un saladier… Histoire que les jeunes mamans et leurs bébés respectent le "rester chez soi" à la lettre… Ces photos, ces tutos, ces messages échangés c’est comme un fil qui reste tendu entre elle et ses patientes… Et celles qui sont enceintes ? Je lui demande s’il n’y a pas une angoisse, un sentiment d’abandon.
" C’est assez stressant, notamment pour les femmes qui ne sentent pas encore leur bébé bouger ça c’est vrai. Parce qu’un petit coup d’écho pour écouter le cœur du bébé, ça les rassure en fait mais bon il faut avoir confiance dans ce bébé. Une grossesse qui se passe bien, il n’y a pas de raison que ça se passe mal".


Imaginer accoucher dans un hôpital en guerre contre le coronavirus c’est ce qui inquiète aussi les futures mamans.
Ceci dit la vie est quand même bizarre, alors qu’on est en pleine épidémie c’est un peu le baby-boom
"Il y a plein de bébés pour le moment, je ne sais pas si c’était le terme prévu ou s’il y a une part de stress qui déclenche l’accouchement, je n’en sais rien mais après je me dis, que pour ces mamans, avoir son petit bébé dans les bras ça apporte énormément de réconfort".


Autant ne garder que le beau, le bon dans tout ça… Elise ne sait pas combien de temps durera cette drôle de parenthèse, combien de bébés naîtront sans qu’elle ait pu toucher le ventre rebondi de leurs mamans… Elle espère vite retrouver son cabinet, mais d’ici là demain est un autre jour

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK