Johnny Bastien père et fils devant la cour d'appel de Mons

8 ans de prison ferme pour Johnny père, fondateur d'un club de motards à Hyon. Il régnait en maître sur son quartier, avait estimé le tribunal, évoquant des violences morales et physiques exercées sur des personnes vulnérables. Le juge avait même parlé d'exploitation de la misère humaine.
Johnny Bastien prêtait notamment de l'argent à des marginaux, des personnes précarisées exclues des banques, qui devaient lui rembourser les sommes à des taux exorbitants.

Le tribunal avait été plus clément envers Johnny fils, estimant qu'il était "le fruit d'une éducation et d'un environnement qui l'ont poussé à ne pas respecter la loi". Le jeune homme avait tout de même écopé de 5 ans de prison avec sursis. Car, selon le juge, Johnny fils avait fait preuve d'une grande violence et d'une faible remise en question.

Jeremy Giltaire

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK