Jeune homme fauché mortellement à Nivelles: la conductrice ivre acquittée

Une conductrice qui avait renversé et tué un jeune homme en 2009 a été acquitée (image d'archives)
Une conductrice qui avait renversé et tué un jeune homme en 2009 a été acquitée (image d'archives) - © Belga

Le drame s'est passé en 2009. La victime, Clément Druet, âgée de 18 ans, rentrait chez lui à pied entre Nivelles et Lillois. La jeune automobiliste était, elle, sous l'emprise de l'alcool et ne s'était pas arrêtée après l'accident. Elle avait attendu deux heures avant de se présenter à la police. Les parents de Clément ne comprennent pas la décision du tribunal, d'acquitter la conductrice.

Les décisions de justice ne sont pas toujours bien comprises par les justiciables. La preuve avec ce jugement qui a surpris hier, mardi, à Nivelles. Jean-Claude Druet, le papa de Clément, ne pouvait cacher sa colère en apprenant l’acquittement de la conductrice ivre qui avait mortellement fauché son fils :

"Ce n'est pas normal qu'avec 1,23 gramme dans le sang, on tue quelqu'un et on est acquitté ! Leçon à tout le monde : vous buvez, faites la fête, vous rentrez en voiture, même que vous êtes bourré, pas de problème, vous ne risquez plus rien. Ici, à Nivelles, vous pouvez tuer qui vous voulez, même si vous avez bu, vous êtes tranquille, parce que ceci va faire jurisprudence".

Les parents se sont battus pendant près de cinq ans pour obtenir que le dossier ne soit pas classé comme le parquet souhaitait le faire rapidement après l'accident. La conductrice avait, à l'époque, juste payé une transaction de 137 euros pour avoir roulé sous influence de l'alcool. Une sanction déjà très légère aux yeux de Jean-Maurice Arnould, l'avocat des parents :

"J'ai défendu quelqu'un la semaine dernière qui, pour avoir renversé, un bac à fleurs, en état d'intoxication alcoolique et d'ivresse, a écopé d'une déchéance de 40 jours du droit de conduire et une amende très importante. Donc, ici, je suis scandalisé et j'attends toujours des réponses à cette anomalie".

Le soir de l'accident les conditions de visibilité étaient semble-t-il très mauvaises. Le tribunal a estimé qu'aucune erreur de conduite ne pouvait être prouvée et que rien ne prouvait, non plus, le rôle de l'alcool dans l'accident.

Seul le parquet pourrait aller en appel de ce jugement, mais, comme lui aussi, réclamait l'acquittement, le parcours judiciaire de ce dossier devrait s'arrêter là.

 

Serge Otthiers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK