Jette : Un vacci-bus au pied des immeubles pour encourager la vaccination

Quatre Bruxellois sur dix n’ont pas encore fait le choix de la vaccination contre le covid. Ce chiffre cache évidemment de grandes disparités, et pas seulement selon les tranches d’âge ! La diversité bruxelloise se révèle aussi à travers ces quartiers et justement, un récent monitoring de la Cocom en a identifié une dizaine au moins, qui mérite une approche ciblée. C’est le cas à Jette, où la cellule de crise de la commune a pris les choses en main. Ces derniers jours, elle a mobilisé ses agents de terrain, distribué des flyers, diffuser l’information dans les pharmacies. Les habitants ont ainsi été avertis de la présence d’un bus de vaccination, ces jeudi et vendredi, dans le quartier Esseghem, au pied des tours de logements.

Une centaine de doses prévues et l’espoir d’un effet boule de neige

Entre 10 et 17 heures, les équipes du "vacci-bus" ont procédé à la vaccination, sans rendez-vous, des habitants qui se présentaient. Ce fut le cas de Nelly, convaincue par sa voisine de prendre l’ascenseur pour se faire vacciner : "Au début je n’étais pas favorable mais ma fille aussi a insisté, alors j’ai dit oui. Mais dans le bâtiment, il y a beaucoup de gens qui refusent". Dans la file, une autre jettoise enchaîne. Elle aussi a longtemps eu peur du vaccin "à cause de tout ce qui circule sur internet, des gens qui font des thromboses, d’autres qui deviennent aveugles, mais je ne sais pas si c’est vrai !". Hier, elle a finalement changé d’avis : "c’est mon dentiste qui m’a parlé de ce bus dans le quartier et je suis venue en confiance car je connais plusieurs personnes qui se sont fait vacciner sans avoir d’effets secondaires". Ce jeudi à Jette, les autorités sanitaires bruxelloises espéraient convaincre 100 personnes. A 17 heures, lors du décompte, quatre-vingt-trois doses avaient finalement été administrées.

La semaine prochaine à Matongé et bientôt dans d’autres communes

Un chiffre qui peu sembler dérisoire dans une commune qui compte plus de 50.000 habitants. Mais à la Cocom, on compte aussi sur l’effet boule de neige dans le quartier. Inge Neven, directrice du dispositif Covid à Bruxelles, croise les doigts : "Le bouche-à-oreille va fonctionner, les gens vaccinés vont en parler avec leurs proches. Nous reviendrons peut-être un peu plus tard". Car le temps presse, dès la fin du mois de juillet, plusieurs grands centres de vaccination fermeront leurs portes, or le variant Delta est de plus en plus présent en Belgique. Il faut donc continuer à sensibiliser à la vaccination, au plus près des habitants. "On sait qu’on a une ville cosmopolite, avec une grande partie de la population qui souffre de la fracture digitale et d’un bagage socio-économique plutôt faible", rappelle Inge Neven. "Cela explique nos difficultés à atteindre tout le monde. C’est pourquoi nous installons des bus dans les quartiers, cette semaine à Jette, la semaine prochaine à Matongé".

 

 

 

Journal télévisé du 8/07/21

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK