Jette: présence d'amiante dans le mur de l'école Aurore

Couloir d'école
Couloir d'école - © Archive Belga

Les analyses de Bruxelles Environnement sont formelles: contrairement à ce qu'affirmaient les autorités communales, il y a bien de l'amiante dans le mur de l'école Aurore. Or les travaux entamés avaient été interrompu.

Il y a un peu plus d'un mois, quatre classes de l'école primaire Aurore à Jette étaient évacuées. Des travaux étaient réalisés sur un mur à l'intérieur du bâtiment, et la directrice craignait une intoxication à l'amiante. On sait depuis toujours que le bâtiment est truffé d'amiante, mais pas le mur en question, assurait l'échevin de l'instruction de Jette.

Seulement les résultats des tests de Bruxelles Environnement mais également ceux de la contre-expertise demandée par la commune sont aujourd'hui formels: il y avait bien de l'amiante dans le plâtre qui se trouvait derrière les carrelages. Les professeurs ne comprennent dès lors toujours pas l'attitude des autorités communales, qui ont tout de suite minimisé le problème. "Malgré les données qu'on avait reçues il y a trois ans, ils considéraient qu'il n'y avait aucun danger, explique Charly Peyrassol, professeul de gym et délégué CGSP. Alors que manifestement il devait y en avoir puisqu'on ne pouvait plus toucher le mur. Ce qui nous parraissait le plus embêtant, c'est qu'ils n'avaient pas l'air de nous prendre au sérieux."

Alors les autorités communales, en charge des travaux, n'ont-elles pas suffisamment fait jouer le principe de précaution, notamment en calfeutrant le chantier et en empêchant les poussières d'entrer en contact avec les élèves? Cela semble manifeste. L'échevin de l'Instruction public à Jette, Paul Leroy, reconnaît en tout cas une erreur d'appréciation: "Il s'est révélé qu'il y avait des erreurs vraisemblables de communication. On a sous-estimé à cet endroit la possibilité de présence d'amiante. L'ensemble des tests ont prouvé, ce y compris les poussières à cet encroit-là, que jamais aucune personne au sein de cette école n'a eu à aucun moment un quelconque risque."

Sans doute aussi, dit Bruxelles Environnement, parce que le chantier a été rapidement stoppé. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui un vaste plan de désamiantage est sur les rails. Les premiers gros travaux devraient débuter au mois d'août prochain.

 

P. Vandenbulcke - N. Nahjari

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK