Police de Liège: Jan Jambon veut accélérer la construction des locaux

Le ministre de l'intérieur, Jan Jambon, lors de son entrevue avec les syndicats de la police fédérale de Liège
Le ministre de l'intérieur, Jan Jambon, lors de son entrevue avec les syndicats de la police fédérale de Liège - © RTBF

Ce mardi, le Ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a visité les locaux de la police fédérale de l'arrondissement de Liège à Saint-Léonard et au Palais des Princes-Evêques. Il a pu constater leur décrépitude. Il a jugé inacceptables les conditions de travail des policiers fédéraux liégeois et a promis d'agir. Jan Jambon veut donner un coup d'accélérateur au dossier de la construction d'un nouveau complexe à Vottem.

Les policiers fédéraux de l'arrondissement de Liège dénoncent depuis plusieurs années l’état de leurs infrastructures. Ils en ont assez d’attendre des avancées dans le dossier de l’aménagement à Vottem d'un nouveau complexe devant accueillir les agents des actuelles implantations de Saint-Léonard, du Palais des Princes-Evêques et de Vottem.

De report en report

En 2012, ce regroupement était annoncé pour 2015-2016. La première phase a été reportée à 2019 au plus tôt. Sans garantie pour la suite. Furieux, les syndicats ont déposé un préavis de grève. Ce mardi, le Ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a visité le centre d’appel 112 et les locaux de la police judiciaire fédérale sur le site de Saint-Léonard ainsi que le laboratoire de la police judiciaire dans le vieux Palais de justice de Liège.

Les promesses du ministre

Le Ministre de l’Intérieur a pu constater leur décrépitude. Il a rencontré les syndicats et il leur a fait des promesses. Pour Jan Jambon, les conditions de travail dans les bâtiments actuels sont inacceptables: "Comme employeur, on demande quelque chose des employés, mais on doit aussi donner quelque chose, on doit donner des circonstances qui sont acceptables pour travailler motivés, et je pense ici les bureaux sont trop petits. Il n'y a pas de lumière dans les bureaux, la température n'est pas adaptée et les meubles ne sont pas adaptés. J'ai vu un musée mais je n'ai pas vu un laboratoire moderne que la police doit avoir pour bien travailler. Donc je pense qu'on doit agir. Le projet était déjà là, pour construire des nouveaux bâtiments pour la police, mais avec un délai de construction inacceptable. Je vais donc voir avec la régie des bâtiments comment on peut réduire le délai de construction des nouveaux bâtiments. L'engagement que j'ai pris vis-à-vis des syndicats est que dans quelques semaines je viendrai avec un plan global, un master plan, de toutes les phases pour Vottem."

De leur côté, les syndicats restent prudents. Eddy Quaino (CGSP) se dit "Pas vraiment plus rassurés.... On a simplement entendu le ministre qui nous a dit s'être rendu compte de la situation catastrophique des bâtiments. Un ministre qui s'excuse en tant qu'employeur pour les conditions dans lesquelles il met son personnel, ça c'est un élément, entre guillemets, qu'on peut lui reconnaître. Maintenant ce que nous attendons, c'est des faits concrets. Il s'est engagé à revenir vers nous pour avoir des solutions à très court terme. On avait déjà eu des premiers engagements en 2012, mais qui finalement n'avaient pas été suivis d'effets. On a demandé un calendrier réaliste pour qu'on arrive à terme à avoir un vrai master plan pour l'ensemble de la police fédérale de Liège."

Quant à Fabrice Discry du SNPS, il se dit: "Relativement satisfait. Ce que nous exigions, ce n'est pas une phase 1 jusqu'en 2019 et puis  plus rien jusqu'au prochain gouvernement... Mais je pense que le préavis de grève ne se justifie plus, quitte à le relancer fin avril si là le ministre ne vient pas avec de bonnes considérations pour les policiers liégeois."

Martial Giot

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK