Jambes : La Maison des Jeunes a perdu son agrément

La Maison des Jeunes de Jambes a manifesté mercredi dernier également pour sa survie.
La Maison des Jeunes de Jambes a manifesté mercredi dernier également pour sa survie. - © Facebook MJ Jambes - Officiel

Mercredi dernier les maisons des jeunes avaient organisé une journée d'action un peu partout en Wallonie pour exprimer le ras le bol des jeunes face à la crise sanitaire. Parmi toutes les institutions qui manifestaient, la M.J. de Jambes avait une raison supplémentaire de le faire : Sa survie... Depuis quelques semaines elle a en effet perdu son agrément de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Nous avons appris la décision de la ministre Valérie Glatigny début février, mais elle a un effet rétroactif au premier janvier 2021", explique Roxanne Flament, la directrice coordinatrice de la Maison des Jeunes de Jambes. 

Nécessaire pour les subsides cet agrément a été retiré, selon la direction actuelle, sur base d'éléments datant d'une autre époque, "Cette décision se base surtout sur le passé, sur le passif qu'à connu la Maison des Jeunes... C'est vrai qu'il y a eu des soucis administratifs, de personnel ou d'encadrement des jeunes par le passé, mais nous sommes une toute nouvelle équipes installée depuis un peu moins d'un an et on essaye vraiment de tout remettre à flot. Et ça se passe très bien pour le moment, au niveau de l'équipe, au niveau des jeunes. Tout l'administratif a été remis en ordre depuis... C'est pour ça aussi qu'on a manifesté mercredi, parce qu'on est dans l'incompréhension et pour montrer qu'on n'est pas d'accord avec cette décision "

Hors Covid, la Maisons de Jeunes de Jambes s'occupe de l'accueil et d'ateliers pour 200 à 300 jeunes de 7 à 26 ans. Elle a lancé un recours pour tenter de conserver son agrément. "Ce n'est pas fini! poursuit Roxanne Flament, il va y avoir une réévaluation avec une nouvelle inspection, avant une nouvelle décision. En tout cas on est super motivés et soudés. Ca faisait longtemps qu'il n'y avait plus eu une équipe comme ça, et c'est vraiment dommage d'en arriver là."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK