Jalhay: une nouvelle taxe pour les camps scouts en prairie

De plus, la décision prise par la commune de Jalhay ne respecte pas la charte mise en place avec le ministre wallon des Pouvoirs locaux et l'Union des Villes et des Communes.

"Dans cette charte, il est stipulé qu’il n’y aura pas de taxe qui sera prélevée puisque le but des camps scouts est d’offrir à un maximum d’enfants des loisirs accessibles à tous, rappelle Jérôme Ramaker (porte-parole des Scouts et Guides pluralistes). Déjà que beaucoup de choses augmentent dans nos groupes : le prix de la location, la nourriture, le transport… On voit mal comment certains camps pourraient s’en sortir si l’on rajoute des taxes de séjour."

Vingt-cinq centimes, voilà qui peut paraître dérisoire. Illustration avec les Scouts et Guides pluralistes de Blegny qui compte une septantaine de jeunes. "Il n’y a pas que les enfants, il y a aussi tous les animateurs et les encadrants, explique Ingrid Fischer (responsable de l'unité). Chez nous, cela représente une centaine de personnes. Et une centaine de personnes, fois 0,25 euros, fois dix jours… on arrive à 250 euros."

250 euros qui s'ajoutent au prix de la location du terrain, prix qui peut parfois monter jusqu'à 2000 euros (le prix du matériel et de la nourriture). Dans le cas de Blegny, environ 70 euros par enfant pour dix jours de camp.

Mais cette taxe est loin d'être une première. Une vingtaine de communes plus ou moins proches de Jalhay applique déjà une taxe similaire, souvent dénommée "taxe immondices" ou "taxe séjour". Spa, Trois-Ponts, Vielsam, Waimes, Houffalize, Lierneux, Bouillon, Stoumont, notamment.

Bénédicte Alié avec Perrine Willamme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK