Jacques Brotchi (MR) quitte le conseil communal d'Uccle et la politique officielle

Jacques Brotchi quitte la vie politique officielle.
3 images
Jacques Brotchi quitte la vie politique officielle. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Jacques Brotchi (MR) a quitté la vie politique active, ce jeudi soir, en démissionnant du conseil communal d'Uccle. Après un premier mandat (entre 2006 et 2012), le libéral avait été réélu lors des communales d'octobre dernier. Aujourd'hui, le neurochirurgien, ancien député bruxellois et sénateur, président du Sénat entre décembre et juillet dernier, a décidé de tourner une page. 

"J'avais déjà en tête depuis un moment de mettre un terme à ma carrière politique vu mon âge. J'ai 77 ans tout de même, il est temps d'assurer la relève", explique ce dernier à la RTBF. "Je ne veux plus m'accrocher, ni pratiquer la politique de la chaise vide." A Uccle, il est remplacé depuis ce jeudi soir par Patrick Zygas, "un autre médecin, un ami".

Lorsque le MR désigne Jacques Brotchi président du Sénat en décembre 2018, c'est suite au départ de Christine Defraigne qui souhaite occuper un poste exécutif à Liège. "Je ne m'attendais à pas cette désignation et à hériter de cette fonction prestigieuse." L'intérim, on l'a dit, durera jusqu'au 3 juillet dernier avec la mise en place du nouveau Parlement fédéral. 

Un livre sur la fin de vie en préparation

Après ce break sénatorial, ne restait plus à Jacques Brotchi que son mandat ucclois. "Lors du conseil communal de juin, j'avais déjà annoncé que c'était mon dernier. Avec mon épouse, nous avons envisagé mon avenir, tout en restant disponible pour ma commune et mon parti. Mais il faut à un moment donné arrêter. Désormais, je me consacrerai à la rédaction d'un ouvrage sur la fin de vie et les débats que cela suscite en Belgique et dans les autres pays européens." Jacques Brotchi est déjà l'auteur de "Se dépasser, sans blesser ni se perdre", une autobiographie dans laquelle il raconte notamment son enfance, juif caché avec ses parents entre 1942 et la libération.

Quel bilan Jacques Brotchi tire-t-il de sa vie politique locale? Pour rappel, Jacques Brotchi a été élu avec 1806 voix en 2006 et 1384 en 2018. "Le mandat local permet d'être en contact permanent avec la population, en liaison directe. C'est différent de l'activité parlementaire. Sur le terrain local, il faut être disponible et à l'écoute des gens."

Jacques Brotchi a traversé des périodes de turbulences au MR d'Uccle avec la démission d'Armand De Decker, la guerre interne entre Marc Cools et Boris Dilliès pour la succession, le départ de certains libéraux ucclois pour la liste Destexhe. Mais il préfère garder les anecdotes plus joyeuses. "Il m'est arrivé de célébrer des mariages d'amis au côté de l'ancien échevin de l'Etat civil Eric Sax. Je faisais la surprise aux couples en question, qui ne s'y attendaient pas. Un autre souvenir? Lorsque Salvatore Adamo a été fait citoyen d'honneur d'Uccle. Adamo est un ami et c'était un moment très émouvant."

Jacques Brotchi, baron depuis 2007, assure qu'il ne quittera pas Uccle et qu'il continuera à assister au conseil du MR. "Et je continuerai à garder mes relations amicales avec mes amis du conseil communal, tous partis confondus."

Début décembre 2018, Jacques Brotchi avait succédé à Christine Defraigne comme président du sénat (reportage JT)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK