Ixelles : abattage d'arbres surprise place Fernand Cocq et chaussée d'Ixelles

Ixelles : l'abattage d'arbres a débuté place Fernand Cocq et chaussée d'Ixelles
4 images
Ixelles : l'abattage d'arbres a débuté place Fernand Cocq et chaussée d'Ixelles - © Ixelles Pour Tous

Réveil impromptu ce matin pour les riverains du quartier Fernand Cocq. "Ils sont en train de tout couper, déplore Marta Quinonero, une habitante du quartier. Ils ont commencé à 6 heures du matin, pour que les gens ne se révoltent pas." Allusion, bien sûr, à la forte opposition que suscite ce projet d'abattage d'arbres.

Dans le cadre du réaménagement en semi-piétonnier de la chaussée d'Ixelles et de la place Fernand Cocq, la Région et la commune ont décidé d'abattre 7 arbres de haute tige sur la place et 5 tilleuls sur la chaussée. Pour s'y opposer, un comité baptisé "Ixelles Pour Tous" s'est créé et a lancé une pétition qui rassemble plus de 3000 signatures. Lors d'une réunion fin novembre avec les autorités régionales et communales, "il avait été annoncé que les arbres seraient coupés l'année prochaine, après l'été. " affirme Marta Quinonero. Un délai que le comité comptait bien mettre à profit pour tenter de convaincre les autorités de renoncer à cet abattage.

"On va verduriser"

"Ce délai jusqu'après l'été prochain n'a jamais été évoqué." rétorque Dominique Dufourny (MR). Pour la bourgmestre d'Ixelles, "il a simplement été mentionné qu'on attendrait une période où les abattages d'arbres sont autorisés, ce qui est le cas actuellement." 

Sur le fond du dossier, Dominique Dufourny tente de rassurer les riverains qui craignent une bétonisation de ce quartier déjà très dense : "on va replanter. Ce sera plus verdurisé qu'auparavant." Selon la commune, la nouvelle place comptera 984 m² de surface végétale, soit le double d'aujourd'hui. Autres chiffres avancés par les autorités : si 12 arbres sont effectivement abattus chaussée d'Ixelles et place Fernand Cocq, 37 seront plantés et 4 déplacés à l'intérieur du périmètre du projet.

Mais au niveau politique, l'abattage des arbres "en catimini" suscite également la colère de l'opposition Ecolo. "Les habitants sont choqués, dégoutés et en colère. Et c’est bien normal ! ", dénonce Audrey Lhoest, cheffe de groupe des verts au Conseil communal.

"La gouvernance du projet de réaménagement de la place Fernand Cocq est précisément ce qu’il ne faut plus faire, ajoute Christos Doulkeridis, député régional ECOLO et habitant du quartier. Un processus à l’ancienne, où on fait tout à l’envers. Où les autorités se méfient des habitants et ne les associent pas à la définition du projet."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK