Ixelles dispose désormais de son centre de crise communal

Ce centre de crise est dédié aux évènements graves qui pourraient se produire sur le territoire de la commune
Ce centre de crise est dédié aux évènements graves qui pourraient se produire sur le territoire de la commune - © © Commune d’Ixelles

La commune d'Ixelles présentait mardi, avec fierté, son centre de crise communal. Le bâtiment se trouve dans la rue Souveraine, à deux pas de la maison communale. Il est dédié aux évènements graves qui pourraient se produire sur le territoire de la commune.

Un vaste centre de crise dans une commune, est-ce nécessaire? Jean Clément, gouverneur faisant fonction et responsable des plans catastrophe au niveau régional, en est sûr. "La plupart des catastrophes sont gérées au niveau communal, assure-t-il. Il n’y a vraiment que dans des cas très particuliers qu’on déclenche le plan catastrophe au niveau régional. Donc, il est indispensable que les communes soient dotées d’un outil performant. C’est d’ailleurs prévu par la loi. Il y a actuellement neuf communes qui ont un plan approuvé et les autres sont en train d’en faire un. Au niveau des infrastructures, c’est important que les communes puissent disposer aussi d’un outil comme le Fédéral, comme les provinces et comme la Région bruxelloise en ont."

Dans un centre de crise, toutes les disciplines relatives aux secours se concentrent en un lieu. En cas de crise, le bourgmestre, responsable de la coordination, se charge d’organiser les actions de chaque division du centre.

Les locaux à Ixelles sont vastes et modulables. Marc Burzynska est l'ingénieur qui les a conçus. "Il y a des locaux pour les cinq disciplines et une salle de décision. La D1, c’est le SIAMU, la D2, c’est les services de secours psycho-sociaux et sanitaires, la D3 est la police, la D4 regroupe toutes les possibilités logistiques et la D5 est la cellule qui transmet les informations aux journalistes et aux citoyens", décrit-il.

Betty Cleeren – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK