Issol va fournir le ministère français de la Défense en photovoltaïque

La toiture du futur bâtiment de la Défense française doit se couvrir d'une centrale photovoltaïque.
La toiture du futur bâtiment de la Défense française doit se couvrir d'une centrale photovoltaïque. - © AFP / ALAIN JOCARD

La société verviétoise Issol vient de décrocher un superbe contrat avec le groupe Bouygues. Elle va fournir 7000 m² de panneaux photovoltaïques pour équiper le futur bâtiment du ministère français de la Défense. Il s’agit d’un projet ambitieux et, surtout, d’une commande de prestige.

Les Américains ont le "Pentagone". Les Français vont avoir l' "Hexagone". Le projet vise à rassembler, sur le site Balard (aux portes de la capitale), tous les services du ministère de la Défense de la République.

Un architecte de renom a été engagé: il a dessiné un immeuble à six côtés, surmonté de trois pyramides (symboles des trois armées: terre, air, et mer). La construction a été confiée à la multinationale Bouygues.

La toiture doit se couvrir d'une centrale photovoltaïque. Et c'est là qu'intervient le savoir-faire verviétois de l'entreprise Issol. Il ne s'agit évidemment pas d’y poser de vulgaires panneaux, à l'esthétique bleutée, mais bien d'équipements qui s'intègrent dans une vaste verrière.
Des équipements qui permettent quand même de produire un dixième de l'énergie consommée dans ces bureaux ; qui ont aussi des propriétés antireflets, puisqu'un héliport doit permettre les allées et venues des hauts gradés.

La société ISSOL a dessiné plus de 150 formes de verre pour couvrir la surface nécessaire. Le solaire haut de gamme, voire sur mesure, c'est sans nul doute l'un des moyens de résister à l'invasion du secteur par des produits chinois bon marché. C'est du moins le calcul économique de la société Issol et de ses responsables.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK