ISPPC : un long, très long conseil d'administration et des décisions fermes

L' "Espace Santé", lieu de conseil d'administration de l'ISPPC
L' "Espace Santé", lieu de conseil d'administration de l'ISPPC - © RTBF

Pratiquement six heures ! Le conseil d’administration de l’intercommunale de santé publique de Charleroi a donc pris le temps hier soir de tout éplucher et de tout remettre à plat, après les remous qui ont écorné son image ces dernières semaines. Les administrateurs ont écouté les explications du président du comité de direction et lui ont posé beaucoup de questions. Finalement peu avant minuit, ils sont sortis avec une série de décisions importantes

Tout d’abord terminé le poste de conseiller général voulu par le comité de direction et qui avait suscité la polémique. Poste qui semblait promis à Thomas Salden, ex-vice-président de l’Intercommunale et demi-frère d’Olivier Chastel. La ministre des pouvoirs locaux, Valérie De Bue avait annulé la décision de créer cette nouvelle fonction. Le CA suit la ministre et met le poste au frigo. Philippe Knaepen, le nouveau vice-président MR de l’ISPPC l’explique : "nous avons donc aujourd’hui décidé de mettre le poste de conseiller général quelque peu de côté. Nous avons mis toutes les attributions qui étaient dévolues à ce conseiller général entre les mains du comité de direction".

Autre point dont on a beaucoup parlé, les rémunérations des 4 membres du comité de direction. Ils avaient transformé le montant de l’assurance-groupe à laquelle ils n’ont plus droit en salaire. Et tous gagnaient ainsi le même montant. Désormais ce sera au cas par cas et en fonction des contrats de travail. Jean-Philippe Preumont, administrateur PS détaille : "il y a un contrat de travail et dans ce contrat de travail, les rémunérations sont prévues. Avec le nouveau décret "gouvernance", ces travailleurs, parce que les membres du conseil de direction sont aussi des travailleurs, on leur a enlevé certains avantages comme, par exemple, les assurances-groupe. Et par rapport à la légalité de leur contrat de travail, nous nous devons de trouver des solutions avec la tutelle afin qu’ils aient la rémunération qui était prévue dans le contrat de travail".

Transparence et sérénité c’est l’image que veut donner à présent l’Intercommunale. A l’avenir, la tutelle sera consultée dès qu’un doute surgit avant de prendre une décision, nous dit-on. Une assemblée générale est prévue le 25 septembre pour informer les communes membres de l’ISPPC. Un nouveau CA se tiendra également le même jour.

Reportage réalisé ce lundi en début de soirée (JT 19h30)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK