ISPPC : les "affaires" qui secouent l'intercommunale n'étaient pas à l'ordre du jour du CA de ce lundi, voici pourquoi

Il y aura un conseil d’administration, ce soir, au sein de l’ISPPC, l’intercommunale de santé publique de Charleroi. Le premier depuis que la ministre wallonne des pouvoirs locaux, Valérie De Bue, a annulé des décisions prises par ce conseil d’administration, à la fin du mois d’août. Et l’ambiance sera probablement houleuse.

Car la ministre n’a pas été tendre avec le conseil d’administration la semaine dernière. Interpellée par plusieurs parlementaires lors de la séance de rentrée du Parlement Wallon, mercredi dernier, Valérie De Bue a confirmé qu’elle s’opposait à la création du fameux poste de conseiller général qui semblait créé de toutes pièces pour Thomas Salden, le demi-frère d’Olivier Chastel et aux augmentations des salaires des 4 membres du comité de direction.

Elle a également précisé qu’elle ne voyait pas la nécessité d’envoyer un commissaire spécial et insisté pour que le conseil d’administration prenne ses responsabilités et joue pleinement son rôle de contrôle de l’institution.

Chose surprenante, les points relatifs à ces questions n’ont été ajoutés à l’ordre du jour du conseil d’administration de ce soir que jeudi dernier. Nous avons pu consulter cet ordre du jour qui a été envoyé aux membres du conseil d’administration le 30 août. Les premières questions soulevées dans cette affaire sont apparues une semaine plus tôt, le 23. La décision de la ministre d’annuler les décisions du conseil d’administration est, elle, tombée le 27 août, soit trois jours avant l’envoi de l’ordre du jour. Alors pourquoi ces points ne figurait-il pas à l’ordre du jour ?

Une procédure administrative

"Les points à l’ordre du jour ont été ajoutés selon la procédure qui nécessite un passage par le Bureau Exécutif, explique Frédéric Dubois, le porte-parole de l’ISPPC. Ce Bureau Exécutif se rassemble tous les 15 jours, le mercredi, en alternance avec le Comité de Direction. Mercredi dernier, c’est un Comité de Direction qui était prévu à l’agenda, mais vu la situation, il a été remplacé par un Bureau Exécutif afin de pouvoir ajouter ces points au Conseil d’Administration de ce lundi soir. Tout cela explique que cela n’a été communiqué aux membres de ce conseil que jeudi".

Frédéric Dubois rappelle également qu’une assemblée générale extraordinaire va être organisée. Elle sera convoquée par le Bureau Exécutif et validée par le Conseil d’Administration, peut-être dès ce soir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK