Islamophobie: une sympathisante du MR d'Anderlecht fait l'objet d'un signalement

La vidéo appelle au meurtre de personnes de confession musulmane.
La vidéo appelle au meurtre de personnes de confession musulmane. - © FACEBOOK

Peut-on être simple militant d'un parti politique et relayer des propos appelant au meurtre de musulmans sur les réseaux sociaux? La question se pose au sujet d'une sympathisante du MR d'Anderlecht. Celle-ci fait actuellement l'objet d'un signalement auprès d'Unia (ex-Centre pour l'égalité des chances) de la part du Collectif belge contre l'islamophobie en Belgique (CCIB). 

Des musulmans "rats d'égouts"

L'association a introduit cette plainte suite au partage d'une vidéo choc sur Facebook. Tout d'abord, le contexte: il y a quelques jours, des heurts éclatent entre Corses de souche et Corses d'origine maghrébine près de la plage de Sisco. En pleine polémique sur le burkini, ces incidents prennent de l'ampleur dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Une vidéo devient alors virale : on y voit et entend un jeune Corse, Arnaud Seassari (ex-candidat d'une émission de télé-réalité) appeler au meurtre de musulmans, qualifiés de "rats d’égouts". C'est cette vidéo qu'a partagée la sympathisante MR. Sympathisante qui partage d'autres articles émanant de sites controversés, identitaires ou d'extrême-droite tels dreuz.info, resistancerepublicaine.eu et francais.rt.com. Ainsi, elle commente d'un "diffuser largement" un article intitulé "Un petit village s'unit pour refuser l'installation de migrants". Le 23 août, elle partageait même un éditorial sur le thème: "L'islamophobie n'existe pas."

L'action du CCIB porte d'abord sur la vidéo du jeune Arnaud Seassari. "Cette dame relaie à deux reprises sur son mur une vidéo qui appelle à la haine contre les musulmans et au meurtre dans des termes clairement en infraction avec la loi antidiscrimination et antiracisme. En diffusant cette vidéo, cette dame se rend complice d'une infraction", précise le CCIB. "Nous demandons à Unia de faire appliquer la législation anti-discrimination et nous allons interpeller le Mouvement Réformateur afin de demander une sanction contre cette sympathisante dont la page Facebook regorge de posts islamophobes mélangés avec une diffusion des idées de son parti. Elle invite les gens à diffuser ses messages en vue de faire connaitre ses opinions, ce qui constitue un facteur aggravant à notre sens. Le climat actuel nécessite à la fois une vigilance citoyenne et une vigilance des partis démocratiques pour dire ensemble non à la haine et à l'islamophobie."

Une militante qui n'est pas active

Pour Gaëtan Van Goidsenhoven, président du MR d'Anderlecht, "cette personne n'est pas une militante active du MR local. Il s'agit d'une personne d'un certain âge. La dernière fois que nous l'avons croisée, c'était lors d'une soirée organisée en 2013. De plus, elle n'a jamais été candidate sur une de nos listes." Toutefois, le lien qu'établit la sympathisante avec le Mouvement réformateur embarrasse. "Elle indique sur son profil Facebook qu'elle travaille au MR. Ce n'est pas du tout le cas. J'ai donc demandé à ce qu'elle efface cette mention."

Une chose est claire par ailleurs: les idées propagées par la sympathisante ne reflètent pas celles du MR. "Je vais alerter le parti car ce type de dossiers et de procédures disciplinaires se gèrent au sein de notre commission d'arbitrage. Il faut toutefois rappeler que pour la centaine de membres ou sympathisants au sein d'une section, je ne peux pas être tenu responsable de tout ce qui est dit ou fait sur les réseaux sociaux. Mais nous restons vigilants lorsque nous sommes alertés." Gaëtan Van Goidsenhoven n'a pas été mesure d'indiquer à la RTBF si l'intéressée est en ordre de cotisation ou pas.

Des précédents, toujours sur Facebook

Reste que pour le CCIB, il s'agit, par cette démarche, de rappeler les balises concernant le partage sur les réseaux sociaux de contenus appelant à la haine.

Rappelons qu'il y a quelques semaines, comme l'expliquait la DH, c'est un conseiller communal DéFI de Schaerbeek, Mohamed Reghif, qui était rappelé à l'ordre par les instances de son parti pour avoir partagé du contenu conspirationniste, amalgamant la communauté juive et la crise sécuritaire mondiale. L'élu avait été invité à nettoyer sa page Facebook.

Plus récemment, début août, Youssef Kobo, collaborateur de la secrétaire d'Etat bruxelloise CD&V Bianca Debaets, était ciblé par la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA). Motif: toujours des relais sur Facebook cette fois de posts à caractère antisémite. Fait aggravant selon la LBCA: Youssef Kobo travaille sur des questions liés à l'antisémitisme au sein du cabinet Debaets. L'intéressé a réagi en parlant "d'erreurs de jeunesse" et indiquant avoir "évolué". A ce stade, il garde toute la confiance de sa patronne, bien que la LBCA envisage des actions concrètes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK