Islamophobie: un jeune musulman agressé à cause de sa religion

Agressé en raison de sa religion par un élève de sa classe, Idriss ne comprend pas
Agressé en raison de sa religion par un élève de sa classe, Idriss ne comprend pas - © Tous droits réservés

Depuis les attentats, la communauté musulmane craint les amalgames. À La Louvière, Idriss, un jeune musulman de 15 ans en a d'ailleurs fait les frais... Il s'est fait insulter et agresser physiquement par un élève de son école. Cela en raison de ses origines algériennes et de sa religion.

"Sale arabe, sale islamiste"

Mardi, alors que les élèves discutent avec leur professeur de français des évènements tragiques qui viennent de se produire, un élève prend Idriss à partie et l'insulte. "L'élève m'a regardé et m'a accusé. Il a commencé à me dire des insultes racistes comme "sale arabe, sale islamiste". Je n'ai pas aimé, mais je suis resté calme." explique le garçon.

Une douleur plus morale que physique

Mais les évènements ne s'arrêtent pas là. Une fois les cours finis, l'élève, qui avait insulté Idriss, le met à terre et le frappe au visage et sur le reste du corps. Bilan : le jeune homme a le nez partiellement fracturé, des hématomes dans le dos et sur les bras ainsi qu'un œil au beurre noir. Mais si quelques jours après les faits, les blessures physiques ont pratiquement disparu, la douleur psychologique est encore bien présente. Les faits ont extrêmement marqué Idriss, de nature plutôt timide et réservée. "J'ai trouvé un jeune garçon complètement perdu. Je me demandais ce qui s'était passé. Dans ma tête c'était une bagarre de jeunes, mais non c'était justement des insultes." raconte Véronique Simonet, la maman.

Les parents décident de se rendre à l'école, mais, selon la mère, l'établissement prend à peine le temps de la recevoir. Elle n'a pas l'impression d'être soutenue par la direction. L'école, qui n'a pas souhaité nous rencontrer, affirme qu'elle condamne fermement les faits et qu'elle ne laissera pas les évènements impunis.

La famille porte plainte

Mais Idriss et sa famille ont décidé de ne pas s'arrêter là. Ils ont porté plainte à la police. Ils souhaitent marquer le coup et dénoncer officiellement ce type d'agression qui, selon eux, se reproduira. "On sait qu'il va y avoir des agressions et des amalgames. On le sait très bien" confie Véronique Simonet. Mais elle trouve cela d'autant plus terrible lorsqu'il s'agit d'enfants.

Plusieurs jours après les faits, Idriss a encore du mal à parler de ce qui lui est arrivé. C'est un garçon très blessé que nous avons rencontré et qui voit ce qui lui est arrivé, purement et simplement comme une injustice.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK