Intradel: le parquet veut renvoyer Alain Mathot en correctionnelle

D'après la lettre anonyme de dénonciation que les enquêteurs avaient reçue en 2007, Alain Mathot aurait reçu de l'argent pour faciliter l'attribution du marché de la construction de l'incinérateur d'Intradel. Ce qu'Alain Mathot nie.

Cet incinérateur a été inauguré en 2009. Il a coûté 200 millions d'euros. Et la justice piste 13 millions de commissions occultes qui auraient été versées à des intermédiaires, dont des politiques.

Le nom d'Alain Mathot n'est pas le seul cité. Roger Croughs, l'ancien directeur d'Intradel, a été inculpé dans la même affaire. Comme l'homme d'affaires Léon-François Deferm et Philippe Leroy, le directeur d'Innova, la firme qui a construit l'incinérateur.

Philippe Leroy a admis avoir versé de l'argent à Alain Mathot. Alain Mathot, lui, nie avoir perçu la moindre somme. Il a même déposé plainte pour calomnie contre Philippe Leroy.

Alain Mathot, aujourd'hui, s'étonne que le parquet clôture son réquisitoire. Ses avocats, nous a écrit Alain Mathot, ont fait observer qu'une série de devoirs complémentaires ordonnés par la chambre des mises en accusation et indispensables à la manifestation de la vérité n'avaient pas été réalisés. Quoi qu'il en soit, s'il faut demander la levée de l'immunité parlementaire d'Alain Mathot, ce sera au procureur général, Christian De Valkeneer de le faire. Une information de nos confrères de La Meuse et du Soir.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK