Inscriptions secondaire: le boom démographique n'a pas été assez anticipé

Joël Riguelle, bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe.
Joël Riguelle, bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Ce vendredi 13 mars, c’est le dernier jour pour la phase d'enregistrement des inscriptions en première année secondaire. Les chiffres officiels sur le nombre de candidatures ne sont pas encore connus. Mais beaucoup d'écoles bruxelloises devraient à nouveau être saturées. Joël Riguelle, le bourgmestre cdH de Berchem-Sainte-Agathe, était l’invité de Vivacité Bruxelles vendredi matin pour évoquer un problème surtout criant dans le nord et l'ouest de la capitale.

Au Collège St-Pierre de Jette, par exemple, on a reçu 378 demandes pour 190 places disponibles. A Berchem-Sainte-Agathe, on doit faire face à une réalité encore plus complexe : il n’existe aucune école secondaire francophone sur le territoire communal. Mais Joël Riguelle relativise : "Les parents berchemois ont des points de priorité dans les écoles des communes environnantes, fait-il remarquer. Lan dernier, tous les enfants de sixième primaire ont finalement trouvé une place."

Mais ce cas particulier ne doit pas éluder une situation globalement très complexe dans cette partie de Bruxelles. Le bourgmestre humaniste est le premier à reconnaître que le boom démographique n’a pas suffisamment été anticipé. "Depuis lan 2000, dans les cinq communes qui composent notre zone de police, on a 40 000 habitants en plus. Cest comme si on avait rajouté une sixième commune. Notre essor démographique a été beaucoup plus rapide que prévu, cest vrai, mais cest clair que la Communauté française et tous les pouvoirs publics ont démarré en retard la création de nouvelles places dans les écoles".

Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK