Inondé, le collège de Basse-Wavre espère être prêt pour la rentrée

De nombreuses écoles ont été touchées par les inondations. La plupart des bâtiments scolaires impactés ont été nettoyés mais cela ne suffira sans doute pas pour pouvoir envisager une rentrée tout à fait normale. Au collège Notre-Dame de Basse-Wavre par exemple, la Dyle et son canal de dérivation, la Fausse Eau, ont envahi les bâtiments et la cour de récréation. Certaines classes ont totalement été sous eau. Plusieurs tableaux interactifs et du matériel informatique devront très probablement être remplacés.

Les huit chaudières du collège ont été par ailleurs inondées. Il faudra attendre la visite d’un chauffagiste dans le courant du mois d’août afin d’évaluer leur état et d‘entamer les réparations qui pourraient bien ne pas être entièrement achevées avant le mois de septembre.

Autre problème et non des moindres : le local des photocopieuses a aussi été inondé. "Les machines sont très récentes et elles tournent normalement à plein régime juste avant la rentrée", explique Kevin Laurent, l’un des ouvriers en charge de la maintenance de l’établissement. "Il y a beaucoup d’électronique donc il faut vraiment croiser les doigts pour qu’elles soient opérationnelles début septembre."

La bibliothèque a également été touchée, tout comme des salles de gym. Une bonne partie des équipements est inutilisable dans l'une d'elles. "Nous avons vraiment eu de la chance de pouvoir compter sur le personnel et des bénévoles pour nettoyer les lieux mais les dégâts sont là", regrette le gestionnaire financier et infrastructure, Bernard Goedseels. "Nous avons aussi constaté certaines fissures dans le bâtiment le plus impacté. Il faudra faire appel à un expert afin de s’assurer qu’il n’y a aucun problème de stabilité."

Les défis à relever en août sont donc encore nombreux pour pouvoir envisager une rentrée presque normale au collège Notre-Dame de Basse-Wavre. Une certitude par contre : la sonnerie n’a, elle, pas été endommagée et retentira bien dans un peu plus d’un mois !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK