Infanticide présumé à Namur: les parents "voulaient éviter tout acharnement"

Infanticide présumé à la clinique Sainte-Elisabeth: les parents ne voulaient pas un acharnement sur leur nouveau-né
Infanticide présumé à la clinique Sainte-Elisabeth: les parents ne voulaient pas un acharnement sur leur nouveau-né - © Google Maps

Nouvelle audience en chambre du conseil, mercredi, dans l’affaire de parents soupçonnés d'avoir laissé mourir leur nouveau-né. Les faits remontent à 2005. Selon l’avocat des parents, ils n'avaient pas l'intention de donner la mort à l'enfant. Il s'agissait plutôt d'éviter tout acharnement à l'égard d'un prématuré qui ne pouvait pas survivre après seulement 29 semaines de grossesse.

Deux thèses sont en présence : celle de l'accusation qui considère que les parents ont laissé mourir leur nouveau-né, alors que l'enfant prématuré aurait pu vivre. Une thèse qui s'appuie principalement sur des expertises médicales.

L'autre thèse, celle des parents, est que les informations communiquées par l'équipe médicale allaient dans un tout autre sens.

Lors de la prochaine audience ce sont les avocats de l'équipe médicale qui viendront livrer leur version des faits. Si celle-ci s'éloigne trop de celle des parents, leur avocat, Pierre Chomé, ne pourra rester sans réagir :

"Si les experts avaient raison, en disant que l’enfant avait plus de chance que ce que l’on n’a jamais cru, à ce moment-là les médecins, entre guillemets, n’auraient pas été à la hauteur. Donc dans ces conditions on serait plutôt dans une responsabilité à caractère médicale pour des manques d’attention donc des fautes involontaires et pas du tout dans le scénario absurde d’assassinat qui est voulu par le ministère public".

La prochaine audience le 18 avril sera donc cruciale car il est bien question pour l'accusation, d'infanticide. Un assassinat avec la circonstance aggravante qu'il est commis sur un nouveau-né. Si cette qualification était retenue, ce serait à coup sûr pour les inculpés renvoyés la direction des assises.

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK